Archives de catégorie : Analyses

La ZAD du Carnet est toujours là !

Nous avons été expulsé.es de la ZAD du Carnet, 400 hectares de zone humide et sauvage [1], mardi 23 mars dès 5h00 du matin avec une débauche de moyens : 800 gendarmes sur zone et  aux alentours, 3 zodiacs 2 hélicos, 2 blindés…. le tout après un mois de pression psychologique causée par la menace d’expulsion et la présence accrue de gendarmes. 
A la suite de l’évacuation des humain.es, des gendarmes mobiles restent sur zone ainsi qu’une entreprise de sécurité privée pour empêcher une réoccupation. Un tel déploiement de forces policières nous semble être une grotesque mise en scène de la toute puissance de l’état autoritaire, qui vise à décourager par avance la moindre contestation.

Dans ce communiqué nous souhaitons partager notre analyse de la situation entre colère, optimisme et détermination car la lutte pour un Carnet libre et sauvage continue !

Cette expulsion s’inscrit dans un contexte autoritaire 

L’Etat réprime et fiche des militant.es, surveille et contrôle les citoyen.nes aux dépens des libertés individuelles et collectives, qu’il s’agisse d’une menace d’attentat ou d’une crise sanitaire. La législation [2] suit le même mouvement, et donne sur le terrain un pouvoir démesuré aux forces de l’ordre, amoindrissant de plus en plus les différentes formes de mouvements populaires possibles (manifestations, grèves, associations d’aide en tout genre … et ZAD, évidemment)

Pour rappel, voici un petit inventaire des (ré)pressions subies  au Carnet depuis notre arrivée : les amendes, les caméras posées illégalement destinées au fichage massif des opposant.es politiques, les hélicos qui survolent quotidiennement la zone pour nous observer, les zodiacs, la tentative d’homicide (en mettant le feu à un camion avec une personne à l’intérieur) et le tabassage de trois camarades à la barre de fer par des fachos du coin, les interdictions de circuler librement aux alentours et harcèlement policier (notamment pour les riverain.nes), les drônes, les appels à la haine, au meurtre sur les réseaux sociaux, l’acharnement (larmoyant) des maires réactionnaires de la communauté de commune, et une expulsion dans le plus grand des calmes … apparemment ?

La Préfecture revendique une expulsion pacifique, vraiment ?

Non, la préfecture n’est pas subitement devenue magnanime et compréhensive, elle fait simplement de la communication.Ils finissent par comprendre que la stratégie de « désescalade de la violence », toute relative, et du fichage massif  leur permet de médiatiser l’image de la maîtrise extrême du contexte. Et si il n’y a pas de spectacle, il n’y a pas d’images, pas d’indignation, pas de soutien. 

S’il y a eu peu de violences physiques, cette expulsion n’en est pas moins violente et une démonstration de domination inhérente à l’État  :        

Car oui, c’est violent de se faire expulser de son lieu d’habitation, de foutre de façon délibérée des personnes dehors, d’écraser toute contestation et tentative d’altérité, d’imposer des gardes à vue, de priver de liberté des gens qui défendent une zone naturelle et luttent contre la répression à venir … On n’oubliera pas la gestion désastreuse de la crise sanitaire et les répercussions néfastes sur la vie des gens. Ainsi, oui, la violence n’est pas toujours physique. 

Nous, habitant·e·s humain·e·s du Carnet, sommes en colère 

Des copaines ont subi des violences et de la répression, nous avons perdu notre maison, un lieu de vie commun, un des rares espaces où tout est possible et où nous tentons de vivre en accord avec nos valeurs anti-capitaliste, d’autogestion et d’entraide, contre toute forme d’oppressions et de domination.

Nous sommes également choqué.es et tristes que notre lutte, malgré sa légitimité en période de crise sanitaire et écologique [3], provoque autant d’incompréhension et de haine sur les réseaux sociaux et dans les médias. Élu.es et préfecture se vantent d’avoir nettoyé le Carnet, mais le béton du projet industriel aurait eu, lui, un impact irréversible sur le sol et l’environnement qu’il détruit.

On assiste à une criminalisation des luttes écologistes au moment où on en aurait le plus besoin.

Les ZAD de la Colline, Gonesse, Arlon ont été expulsées … , à cela s’ajoute les interdictions notamment des habitats légers, des enseignements alternatifs, des free party ou encore les accusations de terrorisme visant des collectifs libertaires,  rappelant que l’État n’accepte pas de vision différente de la sienne.L’expulsion a d’ailleurs eu lieu le jour du procès de camarades militants ( procès qui consiste à les incriminer d’avoir reçu des coups par une milice de fachos, sous le regard bienveillant des gendarmes, sous prétexte qu’ils devaient s’y attendre) avec des peines encourues importantes. [4]

Pour autant, ce n’est pas une victoire de leur part, d’arriver a plusieurs centaines armés, avec des milliers d’euros d’argent public retiré aux hôpitaux, aux retraites, et aux écoles contre une cinquantaine  de militant.es ayant passé l’hiver dans des cabanes (on sait pas, on sait pas compter). Ce n’est pas une victoire mais une honte. L’État se radicalise et s’enferme dans son dogme ultra libéral, il a choisi ses priorités et objectifs : ce ne sont pas les retraites, la santé, l’hébergement des personnes à la rue, la précarité, l’accueil des réfugiés de guerre et climatique, la sécurité sociale… mais la répression et la défense de l’intérêt du capitalisme et ses privilégié.es.

Ce n’est pas une défaite, car tant qu’on n’a pas perdu, on gagne. 

On ne peut pas en dire autant des élu.es des villes voisines qui ont perdu la ZAD, le projet et dont les villes retrouvent leur anonymat, dans l’ombre de la métropole nantaise. On propose d’ailleurs un suivi psychologique pour les élu.es qui risquent de s’ennuyer et de déprimer sans nous !

La zone n’est toujours pas bétonnée, les élu.es, membres du conseil de surveillance du port, ont reconnu la vacuité du projet, aucune entreprise n’a manifesté d’intérêt pour le projet et les habitant·e·s du coin sont alerté.es sur les impacts et nuisances que nous avons permis d’éviter.

D’ailleurs rappelons que la ZAD n’a pas été expulsée, ce sont ses habitant·e·s humain·e·s qui l’ont été mais la zone humide, les espèces animales et végétales sont toujours là !

Et puis on vous avoue que plus qu’une évacuation, on redoutait la présence des moustiques. Ça tombe à point nommé.

Rappelons aussi ce qu’a permis la ZAD : on a créé des liens et réseaux, on a appris à travers des ateliers, chantiers et discussions, on a partagé de l’amour et des câlins, on s’est bien amusés avec des fêtes à l’image du Carnazad ou de celle du solstice d’hiver.

Maintenant on sait réparer son vélo, sortir du système de justice conventionnelle, faire du pain, chanter, lire collectivement, s’écouter et se réconforter, construire avec n’importe quoi sa propre maison ou des toilettes sèches [5], retransformer les déchets en matériaux, aliments et œuvres d’art, lire l’heure avec le soleil, grimper aux arbres, survivre au froid …

La vie sur ZAD n’est pas parfaite, nous n’avons pas choisi d’y vivre par plaisir mais par nécessité, pour protéger ce qui peut encore l’être. La vie collective peut être intense de bien des façons, il est important de le rappeler. [6]Pour autant, on vous encourage à venir les rejoindre  ou en créer vers chez vous , on y vit des expériences épanouissantes et rigolotes, qui nous rendent plus vivant.es. 

On remercie tou.tes celles et ceux qui font la lutte : gens de passage et moins de passages, soutiens et camarades de Stop Carnet et des collectifs de soutien pour leur participation à ce premier round de lutte contre le projet du Grand Port !

merci pour les nouvelles barricades (la déco laisse à désirer, mais on s’en occupera), elles nous seront bien utiles pour la suite!

Tant qu’il y aura des projets inutiles et mortifères, il y aura des ZAD et des zadistes pour les faire vivre !

Car s’il n’y a plus de projet actuellement, il n’est que suspendu  et non pas annulé. Le grand port a demandé des inventaires naturalistes cet été, pour relancer le projet dans  un an ou deux ! La lutte continue et nous invitons citoyen·ne·s et militant·e·s de tous horizons à ne plus être conciliant.es et dans le compromis avec les destructeurs de la nature et à nous rejoindre ici et ailleurs !

En ce qui concerne la lutte au Carnet, un week-end de mobilisation festif et familial pour enterrer le projet du Grand Port est prévu en mai, les infos seront disponibles bientôt sur notre site et les réseaux sociaux !

D’ailleurs la saison 2 [des zads], c’est toujours la meilleure ! 

On a caressé l’utopie, ça nous suffit pour lutter !

Allez sans rancune acab, pas bisou


[1] https://stopcarnet.fr/le-projet-du-grand-port/la-loire-en-danger-le-carnet-un-site-naturel-a-proteger/
[2] https://www.laquadrature.net/2020/10/29/loi-securite-globale-surveillance-generalisee-des-manifestations/
[3] https://www.lemonde.fr/planete/article/2017/11/13/quinze-mille-scientifiques-alertent-sur-l-etat-de-la-planete_5214199_3244.html
[4] https://terres-communes.zici.fr/surfpark-proces-du-23-mars-envers-des-militant-e-s-pourtant-victimes-dune-expulsion-milicienne-bientot-limpunite-dactes-miliciens-en-france/
[5] https://zadducarnet.org/index.php/2021/01/25/retour-en-photos-du-chantier-collectif-des-23-24-janvier/
[6] https://zadducarnet.org/index.php/2021/04/01/zad-et-violences-patriarcales/

Ouin-ouin les élus ou comment les élus font ouin-ouin depuis 6 mois pour ne pas parler du projet du Carnet

Alors que nous sommes en crise sanitaire, sociale et économique depuis 1 an, que la précarité et les inégalités augmentent partout, que la pollution de l’air tue 40 000 personnes par an, que l’estuaire de la Loire souffre de 22% de taux de cancers en plus que la moyenne nationale, que les scientifiques nous alertent sur les conséquences désastreuses de l’artificialisation des sols et des zones humides, du dérèglement climatique et de l’effondrement de la biodiversité : les élus locaux font ouin-ouin depuis 6 mois pour faire expulser la ZAD du Carnet.

Liste non exhaustive de ouin-ouin :

  • Lettre à Emmanuel Macron – Plainte devant le tribunal administratif
  • Manifestation illégale devant la préfecture pour faire expulser la ZAD et être reçus par le préfet alors que les ordonnances d’expulsion avaient déjà été transmises à la ZAD-
  • Plainte pour menaces de mort et injures pour un petit tag sarcastique “les élu.e.s brûleront” sur un panneau de signalisation et imputation des faits à la ZAD du Carnet alors que plusieurs centaines de personnes étaient présentes lors de la manifestation CARNA’ZAD et que ces tags sont des actes individuels
  • Demande de protection judiciaire (quel gaspillage d’argent public… c’est le Carnet qui a besoin de protection, pas les élus).
  • Déplacement de la présidente de Région (et également présidente du conseil de surveillance du grand port) Christelle Morançais à Saint-Viaud pour apporter son soutien aux maires

Rappelons que les 116 espèces protégées qui risquent d’être détruites par le projet de zone industrielle du Carnet soutenu par les élus ne sont, elles, pas mises sous protection judiciaire.

La ZAD du Carnet fait pourtant le travail que les élus ne font pas, à savoir :

  • faire l’éclairage médiatique sur le projet destructeur du Carnet, qui aurait été réalisé en catimini si la ZAD n’avait pas occupé le site
  • sensibiliser les riverain.e.s aux conséquences du projet
  • empêcher le projet de zone industrielle du Carnet de pouvoir se faire
  • empêcher la destruction de 116 espèces protégées, de 110 ha de zone naturelle dont 51 ha de zones humides- empêcher la circulation de 2000 véhicules légers et 550 poids lourds par jour supplémentaires autour de la zone
  • empêcher une coquille vide sans investisseur d’être construite en zone inondable
  • accueillir sans condition les personnes précaires, broyées ou exclues par le système que les élus perpétuent
  • proposer des alternatives politiques inclusives, de l’éducation populaire et des modes de vies plus résilients face aux enjeux écologiques

Alors pourquoi les élus font-ils autant ouin-ouin devant les tribunaux, auprès d’autres élus , dans les médias et auprès du préfet ?

Les ouin-ouin permanents des élus sont une stratégie politique.

Parce qu’ils aiment se plaindre sans prendre leurs responsabilités

  • Pour stigmatiser la zad et ses habitant.e.s et discréditer la lutte du Carnet
  • Pour ne pas parler du projet du Carnet, de l’illégalité du projet et de ses conséquences
  • Pour mettre en avant leur ego et leur besoin permanent d’autorité et de supériorité

Pas de projet de zone industrielle au Carnet = pas de ZAD.

Au lieu de perdre leur temps et énergie à faire ouin-ouin, les élus devraient les utiliser pour sensibiliser leurs administré.e.s au projet et organiser une consultation des principaux.ales concerné.e.s. : la population locale.

Les élus n’ont pas à imposer quelconque projet destructeur sans concertation.

Stop aux ouin-ouin, stop au projet du Carnet.

Nous ne laisserons pas entrer les experts du grand port sur la ZAD !

Le grand port de Nantes-Saint Nazaire est l’un des acteurs principaux du projet de parc éco-technologique sur l’île du Carnet. Il est question de bétonner 110 hA. Notre occupation depuis début septembre a permis de remettre en cause ce projet absurde et destructeur. Non seulement, le Carnet est un des derniers espaces migratoires de l’Estuaire, mais surtout les travaux prévus, qui nécessiteraient le dragage de la Loire seraient catastrophiques pour l’environnement, sans parler des matériaux dangereux présents dans les sédiments qui risqueraient d’être libérés. Nous avons énuméré à plusieurs reprises tous ces arguments, voir par exemple [1].


La direction du port ne s’étant même pas donnée la peine de préciser ce que voulait dire «éco-technologique» autrement qu’à l’aide de mots vagues et fourre-tout, ni de préciser qui seraient les promoteurs industriels, un moratoire d’un an a été décrété en novembre dernier, suite à un rapport défavorable du Conseil scientifique régional du patrimoine naturel de la région des Pays de la Loire [2]. Ceci nous laisse un peu de temps pour respirer avant le début éventuel des travaux.


Suite à cela, le grand port veut maintenant verdir son projet et le rendre plus «acceptable» auprès de l’opinion publique. Il veut envoyer des experts scientifiques sur place, pour effectuer diverses études, notamment des relevés sur la faune et la flore protégées. Disons-le simplement : nous ne leur faisons pas confiance et nous ne les laisserons pas entrer. Comment croire à l’impartialité d’une équipe scientifique choisie par le grand port ou par l’État ? D’autant plus que les exemples où les risques environnementaux liés à des méga-projets industriels ont été minimisés ne manquent pas ! [3]


Allons même plus loin, quel·le·s que soient les expert·e·s choisi·e·s, nous ne les laisserons pas entrer si elles ou ils représentent l’institution scientifique. Cette institution a depuis longtemps comme unique motif d’existence la légitimation de la société industrielle capitaliste [4]. En fait, si les experts ont souvent tendance à sous-estimer les risques des grands projets inutiles, il s’agit d’un problème systémique avant tout. Ce n’est pas la «faute à pas de chance» d’être tombé sur les mauvais experts. Par ailleurs, le simple fait d’avoir affaire à une institution scientifique hiérarchique qui, en créant un discours scientifique «légitime», dépossède tout un chacun de la possibilité de s’exprimer sur le monde qui l’entoure pose des problèmes à certain·e·s d’entre nous. Il y a mille et une raisons de s’opposer au projet du grand port et toutes ces raisons n’entrent pas dans la grille de lecture des universitaires et des ingénieureuses censé·e·s nous expliquer pourquoi le projet est bon ou mauvais.


Attention, en disant cela, nous ne rejetons pas les outils scientifiques en soi, qui nous permettraient de mieux appréhender les enjeux de ce projet et de mieux comprendre le lieu que l’on occupe et que l’on habite. Nous sommes conscient·e·s que des contre-expertises indépendantes ont permis parfois de s’opposer victorieusement aux industriels [5].. Et au delà du fait d’avoir gain de cause ou pas, nous sommes convaincu·e·s que la science, si elle n’est pas utilisée comme argument d’autorité, peut permettre à tou·te·s de s’enrichir. Nous avons d’ailleurs publié un appel aux naturalistes à venir sur la ZAD pour effectuer les relevés à la place du grand port [6]. Cependant, il est important de préciser qu’elles et ils seront les bienvenu·e·s à condition de se débarrasser de leur position dominante en tant qu’expert scientifique. En particulier, il ne s’agira pas de venir faire des relevés sans discuter avec nous des méthodes utilisées et des objectifs visés, mais bien de faire en sorte dans la mesure du possible que tou·te·s les habitant·e·s de la ZAD qui le veulent puissent s’approprier les connaissances déployées.

[1] https://zadducarnet.org/index.php/2021/01/27/arguments-projet-industriel-du-carnet/
[2] https://www.actu-environnement.com/media/pdf/news-36434-avis-csrpn.pdf
[3] À propos du projet de centre d’enfouissement des déchets nucléiares, voir par exemple https://zadducarnet.org/index.php/2021/01/15/landra-doit-revoir-sa-copie-suite-a-un-avis-explosif-de-lautorite-environnementale/
[4] Il y aurait tant à dire sur ce sujet. Commençons par rappeler que la collusion entre l’institution scientifique et le monde industriel existe, en témoigne le fait que la grande majorité des financements de la recherche scientifique est pourvue par divers lobbys industriels, notamment l’armement et le nucléaire. Ces lobbys induisent un biais énorme dans les champs de recherche explorés. Ceci ne concerne pas seulement les sciences dites dures, mais aussi les sciences sociales, voir par exemple l’articleQue faire des interventions militaires dans le champ académique Réflexions sur la nécessaire distinction entre expertise et savoir scientifique  par Thibaud Boncourt, Marielle Debos, Mathias Delori, Benoît Pelopidas, Christophe Wasinski publié dans 20 & 21. Revue d’histoire 2020/1 (N° 145), pages 135 – 150. En réalité, ce biais structurel n’est pas une coïncidence de notre époque et il faut comprendre que ces alliances actuelles sont logiques et que l’institution scientifique telle qu’elle est construite est quasiment conçue pour servir l’industrie, voir le livre Un futur sans avenir, pourquoi il ne faut pas sauver la recherche scientifique écrit par le Groupe Oblomoff, publié aux éditions L’Échappée.
[5] À nouveau, à propos du centre d’enfouissement des déchets nucléaires de Bure l’article ci-dessus [3] est un bon exemple.
[6] https://zadducarnet.org/index.php/2021/02/08/appel-aux-naturalistes-en-lutte-militants/

L’appelisme vu comme ensemble de pratiques contre lesquelles il faut s’organiser

L’appelisme fait peur : aux nouveaux, nouvelles qui n’y comprennent rien ainsi qu’aux plus ancien.nes, quelques fois traumatisé.es, qui redoutent des prises de pouvoir. Voir les appelistes non comme des ennemi.es à abattre mais des personnes avec un ensemble de pratiques sur lesquelles nous nous opposons en principe permet de mieux identifier où l’on peut s’améliorer collectivement et comment le faire sans perpétuer des systèmes de domination.

L’appelisme, jargon militant favorisant l’entresoi ou mot fourre-tout utile ?

J’ai longtemps hésité et je continue à hésiter à utiliser le mot d’appelisme tant il a pu être obscur pour moi et peut continuer de l’être. Souvent je trouve qu’il fait partie de ce jargon militant qui favorise l’entresoi et crée un phénomène excluant pour toustes les nouveaux et nouvelles arrivant.es dans la lutte anarchiste.

Pourtant, je dois bien reconnaître que ce mot peut favoriser ma réflexion et mon expression de temps en temps. Comme tout mot fourre-tout, il a ses inconvénients et ses avantages. Rien qu’en existant, il rend visible ce qui pourrait sinon être invisible. Mais j’ai parfois l’impression que chacun.e a une définition différente de l’appelisme et que loin de favoriser la compréhension mutuelle, ce concept peut favoriser les quiproquos.

Par ce texte, je cherche à donner ma définition actuelle de l’appelisme. Cette définition a été variable dans le temps et a changé au rythme des rencontres et des récits et elle continuera de changer. Loin de vouloir être hégémonique, ma définition se veut une invitation à la discussion entre personnes qui ont une autre vision de ce qu’est l’appelisme.


L’appelisme est une insulte qui n’a rien à voir avec l’Appel

Ce n’est pas en lisant un texte de 2005, l’Appel, que l’on comprendra l’utilisation en 2020 du mot appeliste. Je n’ai d’ailleurs jamais lu l’Appel comme beaucoup de personnes qui utilisent le terme appelistes. Depuis, il y un ensemble d’histoires extrêmement complexe entre groupes anarchistes qui a eu lieu. Chacun.e a pu entendre certains bouts de ces histoires via le récit de protagonistes ou la lecture de brochures. Mais selon les versions entendues et les personnes rencontrées, on peut avoir des visions complètement différentes.

Ce texte ne se veut pas l’ambition de résumer ce qui a pu se passer à NDDL entre groupes anarchistes, cela me serait impossible¹. Je cherche plutôt l’essence théorique de l’appelisme c’est-à-dire à identifier des points communs entre ces groupes que l’on qualifie d’appelistes. Dans ma définition, on n’est jamais intrinsèquement appelistes mais on peut avoir des pratiques ou des choix que je qualifierais d’appelistes. Ces pratiques appelistes que je vais essayer de détailler dans la suite seront évidemment caricaturales. Il est peu probable qu’un groupe les cumule toutes ou du moins à des degrés très divers.

Il me semble important de dire à ce moment que je n’ai pas personnellement de passif émotionnellement chargé avec des groupes appelistes et que j’en ai peu cotoyé. Ce que je vais dire n’est au final qu’une construction théorique élaborée avec peu de contacts directs et beaucoup de on-dit. Cela pourra peut-être permettre à d’autres, avec plus de connaissances sur le sujet, de mieux comprendre comment une personne extérieure peut se représenter l’appelisme.

Voici schématiquement quelques pratiques que je qualifierais d’appelistes sur lequelles je reviendrai dans la suite :

  • penser plutôt en termes d’objectifs et d’efficacité sans réfléchir à ce que l’on peut sacrifier politiquement sur le chemin,
  • s’organiser uniquement avec des personnes avec qui l’on a des affinités,
  • ne pas faire suffisamment tourner les mandats ni prendre le temps long de partager nos savoirs-faire et compétences,
  • penser les questions d’oppressions systémiques quasi-exclusivement comme lutte globale à mener à l’extérieur et non également comme transformation des rapports personnels au sein d’un groupe affinitaire,
  • manipuler des réunions grâce à son aisance à l’oral,
  • romantiser la lutte et l’insurrection afin de faire rêver.

Derrière la notion d’appelisme, la volonté d’efficacité

Selon moi, la racine théorique de l’appelisme, c’est la volonté d’être efficace² d’un point de vue révolutionnaire. De ce point de départ peuvent découler beaucoup de choses de manière naturelles. Si l’on ne rencontre pas les bonnes personnes et si l’on ne fait pas attention à éviter les prises de pouvoir, cette volonté d’efficacité peut vite nous faire glisser sur une pente extrêmement dangereuse.

L’efficacité et la rapidité sont des notions construites socialement dans une société capitaliste et il est important de les remettre en question aussi. Accepter la lenteur pour faire les choses bien plutôt que de tomber dans le piège de l’efficacité à court terme devrait aussi faire partie des pratiques militantes.

Une organisation soudée en groupes affinitaires

On s’en rend compte facilement : on travaille beaucoup plus facilement et efficacement entre personnes qu’on connaît bien et avec qui on a l’habitude de travailler. Les groupes appelistes sont souvent très bien organisés au sein de groupes affinitaires soudés.

Le danger arrive quand on ne prend pas le temps, certes long, de discuter et de demander des retours à d’autres groupes ou personnes plus isolées et moins organisées. Au bout d’un moment, sans communications, l’incompréhension grandit et on se met à considérer les autres groupes comme des obstacles plutôt que des allié.es. La diversité des tactiques en prend un coup car souvent les groupes affinitaires se créent par unicité de tactique au sein d’un même groupe.

Organisation hiérarchique sans mandats tournants

Chacun.e arrive avec des capacités variées au sein d’un groupe. Faire tourner les mandats en dehors de ces affinités de capacités (par exemple celleux qui écrivent bien, qui dirigent bien un chantier, etc.), cela peut prendre du temps et ralentir le groupe le temps que les gens se forment et apprennent.

Pourtant, cette efficacité à court terme est problématique car loin de la société anarchiste que l’on souhaite construire. Dans cette future société, on cherche à éviter au maximum les phénomènes de spécialisations et d’expertises mais on souhaite plutôt partager les savoirs et les connaissances afin d’avoir un mode de fonctionnement le plus horizontal possible.

Peu de remise en cause des oppressions systémiques qui ont lieu en interne

Remettre en cause les oppressions systémiques qui ont lieu au sein même du groupe affinitaire peut foutre un sacré bordel et ralentir considérablement l’efficacité révolutionnaire à l’extérieur.

Ne pas prendre le temps de déconstruction des rapports de domination au sein d’un collectif, c’est laisser ces dominations systémiques se perpétuer.

Techniques appelistes en réunion et prises de pouvoir

On ne peut pas parler appelisme sans parler de prises de pouvoir. C’est la principale chose que beaucoup reprochent aux appelistes. Les réunions ou AG sont des lieux d’oppressions systémiques et sont aisément manipulables par les classes sociales qui sont à l’aise avec la prise de parole. Ne pas faire attention à cette réalité est déjà une oppression mais quelques techniques de manipulation actives sont encore plus graves.

Les techniques de manipulation en réunion que j’appelle appelistes sont les suivantes :

  • arriver à une réunion en ayant déjà pré-organisé une réunion à ce sujet en groupe affinitaire. Les appelistes arrivent alors en ayant les idées claires, une réflexion déjà construite et même quelques fois un texte déjà prêt. Celleux qui n’ont pas participé à la réunion préliminaire arrivent en position de faiblesse et la prise de pouvoir est évidente.
  • prendre la parole plusieurs fois pour énoncer la même idée quand on sent qu’on n’a pas été écouté. Cette manipulation est encore plus grave si cela est fait par plusieurs personnes d’un même groupe affinitaire voire si cela a été pensé à l’avance.
  • utiliser ses capacités d’énonciation pour discréditer d’autres groupes qui s’expriment moins bien.

Homogénéité sociale et maîtrise de la communication

On remarque souvent que les groupes appelistes maîtrisent bien l’écriture et la prise de parole en public. Même si cela est loin d’être systématique, il peut y avoir une certaine homogénéité d’origine sociale au sein des groupes appelistes et cela peut être expliqué par leur origine en tant que groupes affinitaires (on a souvent des affinités avec les personnes qui nous ressemblent et ont eu des parcours similaires).

Certains livres comme ceux du comité invisible donnent une vision romancée et lyrique de la lutte et de l’insurrection. La lutte ce n’est pas toujours joyeux et romantique et le cacher peut aboutir à des désillusions et être considéré comme de la manipulation.

Comment les groupes appelistes arrivent-ils à prendre le pouvoir ?

Le mouvement anarchiste manque souvent d’organisation collective et fait face à des réflexes individualistes. Quand un groupe soudé, efficace qui arrive en réunion avec une réflexion construite et qui communique efficacement à l’extérieur fait face à un mouvement désorganisé et peu préparé, la prise de pouvoir est inévitable.

Face à l’appelisme, organisons nous !

Chacun.e peut agir à un moment de manière appeliste (en ne faisant pas attention à telle prise de pouvoir par exemple). L’important n’est pas de désigner des ennemi.es, les appelistes, mais de réfléchir collectivement aux manières de faire les choses avec lesquelles nous ne sommes pas d’accord et de les repérer.

Pour éviter des prises de pouvoir par des groupes se posant moins de questions sur leurs pratiques, apprenons à nous organiser différement et développons des outils d’organisations anarchistes afin de lutter à armes égales.

¹ De nombreux textes ont été écrit sur ce sujet comme par exemple Réflexions à propos de la ZAD : une autre histoire disponible sur Infokiosques.net.

² Le terme d’efficience serait légèrement plus correcte que efficacité dans ce contexte. L’efficicence, c’est l’optimisation du temps et de l’énergie déployée pour atteindre ses objectifs. On a choisi d’utiliser le terme d’efficacité pour des facilités de compréhension.

Illustration : Image extraite de la brochure Tourner autour, une critique de l’Insurrection qui vient disponible sur Infokiosques.net

Guide de survie en protection numérique à l’usage des militant·es

Quelles sont les principales menaces numériques et comment s’en protéger ? Comment fonctionne la surveillance numérique ? Que penser de Signal ? Des mails ? Des smartphones ? Comment gérer ses mots de passes ? Que faire des réseaux sociaux ? Comment utiliser son ordinateur ? Ce guide de survie tente de présenter de manière synthétique des éléments de réponses à toutes ces questions.

Ci-joint les 4 pdf du guide : en format couleur et noir&blanc et en format cahier. Pour imprimer un joli cahier pliable, il faut imprimer le pdf cahier avec les options 2 pages par feuille et recto-verso bord court.

Si vous préférez lire le texte sur le site, le voici !

Ce guide est encore sujet à modifications, n’hésitez pas à proposer des modifications, à signaler les passages pas clairs, etc. en envoyant un mail à zadducarnet[at]riseup.net.

Guide de survie en protection numérique à l’usage des militant·es

La diversité des tactiques existe aussi dans la protection numérique

Utiliser des outils numériques n’est pas quelque chose d’anodin. Ne pas laisser de traces, de potentielles preuves sur son téléphone ou ordinateur est une mission impossible. Utiliser des smartphones ou ordinateurs quand on connaît les conditions de travail des ouvriers et ouvrières de la chaîne de production de ces objets numériques est un reniement de nos valeurs anticapitalistes.

Pourtant le terrain d’Internet et du numérique est un lieu de lutte important et le déserter totalement serait une erreur. Mener de front la lutte pour se libérer de notre dépendance aux outils numériques tout en se formant à mieux les utiliser pour lutter efficacement via ces outils peut paraître incohérent. Ce n’est pourtant qu’un aspect de la diversité des tactiques. Il est important de comprendre, de tolérer et de s’entre-aider entre personnes faisant le choix d’utiliser le moins possible les outils numériques et personnes faisant d’Internet leur principal lieu de lutte. Ces deux méthodes de lutte sont complémentaires.

Ce guide est destiné aux personnes utilisant quelques fois des outils numériques (téléphones, ordinateurs, etc.) dans leur militantisme. Il expose quelques menaces et présente des contre-mesures partielles pouvant aider à protéger contre ces menaces.

Il est important de noter que la lutte pour la sécurité informatique est une question de ressources disponibles. Des attaquants puissants avec du temps devant eux pourront toujours contourner les méthodes de protection que l’on met en place. Les mesures de protection que l’on conseille dans ce guide ne sont donc jamais parfaites.

Guide élaboré sur la Zad du Carnet en 2020/2021.
Pour toutes remarques, contactez zadducarnet[at]riseup.net
Table Of Contents

Plan du document

On parlera dans ce guide d’attaques pour obtenir des données numériques que l’on souhaiterait garder privées. On présentera d’abord les attaques les plus courantes, celles liées aux erreurs humaines. On parlera ensuite des attaques spécifiques aux supports physiques que l’on utilise : téléphone et ordinateur. Nous finirons par les attaques spécifiques à la navigation Web, à la messagerie instantanée et aux mails.

Il va sans dire que si vous utilisez un téléphone portable pour consulter Signal, vous pouvez subir des attaques spécifiques aux téléphones ainsi que des attaques spécifiques à la messagerie instantanée Signal.

Pour chaque attaque, nous présenterons des méthodes pour se protéger. Ces méthodes ne seront pas toujours elles mêmes fiables mais peuvent améliorer vos défenses face à un attaquant. Mettre en place une mesure de protection numérique de manière efficace, c’est comprendre en quoi elle nous protège d’une certaine attaque mais aussi de ses limites face à d’autres types d’attaques.

Avec ces mesures de protection, on souhaite complexifier le fichage, éviter la récupération de données en cas de perquisitions et éviter de fournir des preuves judiciaires. Viser l’anonymat total serait beaucoup trop ambitieux. Ce guide n’est qu’un guide de survie, il ne présente que quelques attaques potentielles et quelques contre-mesures et est loin d’être exhaustif.

Pour les personnes pressées, on pourra lire uniquement les conseils de la dernière section « En pratique, que faire ? » qui répète les principales méthodes de protection de la brochure.

1. Les attaques liées aux erreurs humaines

Les erreurs humaines sont la principale source d’attaques réussies.

1.1. Le shoulder surfing

On parle de shoulder surfing quand quelqu’un·e regarde ce qu’on écrit au-dessus de notre épaule. Cela peut être un mot de passe, le nom d’une adresse mail que l’on consulte ou un document sur lequel on travaille. On parlera aussi de shoulder surfing si une caméra arrive à voir notre écran et ce qu’on fait sur le support physique que l’on utilise.

Pour se protéger, on peut faire attention aux caméras, taper ses mots de passe de façon discrète sans avoir peur de passer pour paranoïaque ou tout simplement se mettre dans un coin de pièce quand on est sur notre ordinateur ou notre téléphone.

1.2. Le social engineering

On parle de social engineering quand des personnes nous soutirent des informations que l’on souhaiterait idéalement garder secrètes via des manipulations psychologiques. Cela peut se faire par exemple lors d’une discussion par une question anodine.

La méthode de protection face au social engineering est tout autant collective qu’individuelle. Ne pas être curieux.ses ou poser des questions indiscrètes, cela se travaille¹. Pour aider les gens à oser dire non aux questions auxquelles iels ne souhaitent pas répondre, on peut faire en sorte que cela soit tout à fait accepté dans un collectif sans qu’il y ait de conséquences négatives sur l’image que l’on donne.

1.3. La mauvaise gestion des mots de passe

Les dangers : réutilisation des mêmes mots de passe et mots de passe courts

Plus un mot de passe est utilisé, plus sa sécurité baisse. En effet, quand vous donnez un mot de passe à une application ou un site Internet, vous ne pouvez pas être certain·es que cette application ou site stocke le mot de passe de manière sécurisée. Si les personnes à qui vous avez donné ce mot de passe se font attaquer, les attaquants peuvent récupérer votre identifiant et votre mot de passe et l’essayer sur d’autres services où vous avez donné un mot de passe.

Une autre erreur concernant les mots de passe est leur longueur trop faible. L’élément clé pour déterminer la robustesse d’un mot de passe est la longueur. Si on utilise plusieurs types de caractères (majuscules, chiffres, etc.), on augmente également le temps de calcul nécessaire pour trouver le mot de passe via la force brute de calcul. On considère en ce moment qu’un mot de passe de plus de 16 caractères est un mot de passe solide².

Une méthode facile pour retenir des mots de passe est de retenir une phrase simple comme par exemple « les chevaux aiment bien les carottes roses ». Le mot de passe est alors « chevaux carottes roses » ce qui fait 22 caractères. On peut aussi souhaiter améliorer la robustesse du mot de passe en modifiant légèrement les mots du dictionnaires. Par exemple, « chev@ux carottes r0ses » est un mot de passe plus robuste que « chevaux carottes roses ».

Les gestionnaires de mots de passe permettent de se simplifier la vie

Pour éviter d’utiliser plusieurs fois le même mot de passe et avoir des mots de passe longs, on conseille d’utiliser un gestionnaire de mot de passe et d’utiliser au maximum des mots de passe à usage unique.

KeepassXC est un gestionnaire de mot de passe. Cette application peut stocker dans une base de données un grand nombre de mots de passe. Idéalement le mot de passe principal qui débloque la base de mots de passe doit être long et unique à cette base de données. Cela permet de ne pas avoir à se souvenir de tout les mots de passe à usage unique que vous utilisez, mais uniquement de celui qui permet de débloquer la base de données.

Diagramme donnant une idée du temps nécessaire pour trouver un
mot de passe par la force brute de calcul. Les données sont vieilles de
quelques années. Source : Howsecureismypassword.net.

Comme illustré ci-dessus, on préférera les mots de passe mélangeant des lettres et des chiffres à des mots de passe ne comportant que des chiffres. Cette remarque est particulièrement importante pour les codes de déverrouillage de téléphones. Préférez quand cela est possible des codes de déverrouillage avec des lettres aux codes qui ne comportent que des chiffres.

Comme illustré ci-dessus, on préférera les mots de passe mélangeant des lettres et des chiffres à des mots de passe ne comportant que des chiffres. Cette remarque est particulièrement importante pour les codes de déverrouillage de téléphones. Préférez quand cela est possible des codes de déverrouillage avec des lettres aux codes qui ne comportent que des chiffres.

1.4. Les réseaux sociaux

La quantité d’informations que vous pouvez donner sur vous-mêmes sur un réseau social est considérable. Utiliser un compte sur un réseau social pour consulter des informations militantes, c’est offrir à la police et aux géants du Web (Facebook, Twitter, Instagram, etc.) des données que vous souhaiteriez probablement garder cachées et un pouvoir considérable³. Les réseaux sociaux sont conçus pour se rendre indispensables et addictifs ce qui est dangereux.

Il peut paraître compliqué de quitter d’un jour à l’autre un réseau social que l’on utilise très régulièrement pour communiquer et s’informer. C’est pourtant ce que l’on conseille. Pour faciliter la transition, vous pouvez essayer de déterminer pourquoi vous avez l’impression d’avoir besoin des réseaux sociaux.

Si vous utilisez les réseaux sociaux pour vous informer, on vous conseille d’utiliser les flux RSS. Si c’est pour rester en contact avec d’autres collectifs, vous pouvez leur demander d’utiliser d’autres moyens de communications (listes mails, publier sur les réseaux Mutu ou sur un site Internet leurs contenus, etc).

Si vous utilisez les réseaux sociaux pour toucher un grand nombre de personnes dans une optique militante, on vous conseille de faire attention à poster systématiquement vos contenus sur d’autres supports pour ne pas exclure les militant·es qui font le choix de ne plus les utiliser.

Si vous aimez quand même le concept des réseaux sociaux par exemple pour rester en contact avec des ami·es, le réseau Mastodon est plus respectueux de la vie privée même s’il est loin d’être exempt de certains défauts (addiction par exemple). Vous pouvez aussi choisir de ne plus poster sur les réseaux sociaux tout en gardant votre compte et en le consultant épisodiquement, vous garderez ainsi contacts avec vos ami·es. Cependant notez bien que les réseaux sociaux sont conçus pour vous attirer donc cette stratégie est complexe à mettre en place dans la pratique.

2. Attaques spécifiques aux téléphones portables

On essayera de voir les spécificités et quelques mesures de protections face aux attaques suivantes :

– récupération des données que stockent les fournisseurs d’accès téléphoniques,

– récupération des données que stockent les applications de vos téléphones (par exemple via une perquisition d’un téléphone lors d’une garde à vue),

– prise de contrôle d’un téléphone à distance (via divers bugs d’applications).

2.1. Les données accessibles via les opérateurs téléphoniques : géolocalisation et métadonnées

Tout ce que l’on dit là concerne tout les téléphones portables, qu’ils soient dits intelligents ou pas.

Toutes les 5 minutes, votre téléphone envoie un signal aux antennes proches (qui peuvent déterminer votre position via une triangulation de 3 antennes), le numéro de la carte SIM active dans le téléphone ainsi que le numéro IMEI de l’emplacement de la carte SIM. Le numéro IMEI est un numéro de série qui identifie de manière unique le téléphone.

Dès que vous passez un appel ou envoyez un SMS, les opérateurs téléphoniques stockent les métadonnées de ce coup de fil ou SMS pendant 2 ans dans la facture détaillée. Ces métadonnées consistent en : géolocalisation approximative des deux correspondant.es, date et heure de la communication ainsi que durée de l’appel.

Attaque possible : récupération des métadonnées et de la géolocalisation via une simple demande

La police peut demander aux opérateurs les informations suivantes de manière automatique et très rapide (le prix fixé au journal officiel est entre parenthèses) :

– identification d’une personne via son numéro de téléphone (4,59 euros),

– obtenir la facture détaillée d’un numéro de téléphone (15,30 euros),

– mettre sur écoute un numéro de portable (24 euros),

– liste des numéros utilisant telle borne de télécommunication (12,75 euros),

– en cas de cartes prépayées, la police peut demander où a été vendue cette carte pour 15,30 euros,

– les adresses IP auxquelles un téléphone se connecte.

Comment marche schématiquement la surveillance automatisée de masse des militant.es

La facture détaillée d’un numéro de téléphone contient de nombreuses informations analysables facilement par ordinateurs. C’est un moyen d’enquête utilisé massivement. Un exemple d’utilisation de ces données est le suivant : on attribue à chaque personne un score de dangerosité via ses déplacements dans des lieux de lutte et ses communications avec d’autres militant·es. On peut ainsi détecter de nouveaux lieux de luttes de manière totalement automatisée en remarquant que beaucoup de personnes avec un haut score de dangerosité s’y rendent. De même on peut détecter les nouveaux et nouvelles militant·es via les communications qu’iels ont avec d’ancien·nes militant·es et leur passage dans des lieux de lutte. Cet exemple est particulièrement important pour comprendre que la surveillance de masse est un enjeu collectif et non un enjeu individuel.

Pour plus d’informations sur la surveillance de masse liée aux villes intelligentes, lire le manifeste sur le site technopolice.fr.

Face à la géolocalisation : cartes SIM prépayées et ne pas toujours prendre son téléphone avec soi

Il est possible d’utiliser des cartes SIM prépayées (Lebara, Lycamobile par exemple). On peut associer une fausse identité à ces cartes SIM et non sa vraie identité. Il n’empêche que votre carte SIM prépayée sera quand même géolocalisée toutes les 5 minutes. De plus, les autorités pourraient recouper votre fausse identité d’une carte SIM prépayée avec votre vraie identité civile un jour. Les prix des appels, des SMS ainsi que des données Internet des cartes SIM prépayées sont importants.

Notez bien que si vous mettez une carte SIM prépayée avec une fausse identité dans un téléphone que vous utilisiez auparavant, le numéro IMEI du téléphone reste le même. Cela permet d’établir un lien entre votre fausse identité et votre vraie identité. Si vous achetez un téléphone neuf avec un moyen de paiement nominatif, le numéro IMEI du téléphone sera aussi relié à votre identité. Pour compliquer la tâche des autorités de relier votre fausse identité de carte SIM prépayée avec votre vraie identité, utilisez un téléphone acheté cash où vous n’avez jamais mis de cartes SIM à votre nom.

Notez que même des solutions partielles comme les cartes SIM prépayées sous des faux noms peut considérablement compliquer le travail de la justice. Même si les services de renseignement arrivent à relier votre fausse identité à votre vraie identité, ils devront encore le prouver aux juges.

Pour éviter d’être géolocalisé, on peut choisir de ne pas prendre systématiquement son téléphone avec soi et ne le consulter qu’à un lieu quasi-fixe. Faites attention, les changements d’habitude abrupts (éteindre son téléphone juste avant une manifestation par exemple) sont facilement repérables par une analyse automatisée. Il vaut mieux si cela est possible le laisser allumer chez soi comme si on était resté à la maison.

Enlever sa carte SIM et éteindre son téléphone régulièrement et en faire une habitude est utile.

Pour laisser moins de métadonnées, utiliser les applications de communication via Internet

Pour protéger nos données de ces attaques de la police, on peut choisir de communiquer via nos téléphones exclusivement en utilisant nos connexions Internet via diverses applications comme Signal, Conversations ou Element (voir plus bas). Même en demandant à votre fournisseur d’accès internet votre relevé détaillé de la facture d’Internet, la police aura accès à moins de métadonnées. En effet, le fournisseur d’accès Internet saura juste que vous demandez à communiquer avec le serveur de Signal à telle heure et pas avec qui vous souhaitez communiquer.

Face aux écoutes, choisissez bien vos sujets de discussion par téléphone

N’hésitez pas à couper votre interlocuteur.ice si iel parle d’un sujet sensible par téléphone. Cela n’est absolument pas le bon moyen de communication pour ce genre de discussions car les SMS et appels ne sont pas chiffrés et donc visibles par l’opérateur ainsi que par la police en cas de mise sur écoute.

Il est important de noter que les écoutes sont enregistrées numériquement, stockées et peuvent resservir des années plus tard lors d’une enquête.

2.2. Données accessibles via les applications de vos téléphones

Chaque fois que vous installez une application, cette dernière stocke des données sur votre téléphone ainsi que sur des serveurs distants (le « cloud »). La police peut récupérer ces données par exemple en accédant à votre téléphone via une perquisition ou en demandant aux propriétaires ou développeurs de l’application les données qu’ils ont sur vous.

Ces données peuvent être les suivantes  :

  • pour les applications de messagerie, l’intégralité de vos messages potentiellement même ceux supprimés,
  • pour les applications de type GPS, toutes les adresses que vous avez rentrées dans votre GPS ainsi que l’historique de vos trajets,
  • pour les applications d’achats, l’historique de vos achats, vos cartes bleues enregistrées, vos recherches,
  • pour les navigateurs Web, votre historique de navigation (même s’il est supprimé de votre téléphone si les serveurs de l’application le stockent),
  • vos photos, vidéos, etc,
  • vos contacts.

Mesures de protection : chiffrer votre téléphone et limiter les données des applications

Vous ne pouvez pas garantir que les autorités n’auront pas accès aux données que vos applications stockent. Lors d’une perquisition d’un téléphone, considérez que toutes les données de votre téléphone sont accessibles aux autorités facilement. Vous pouvez essayer de ralentir la police au maximum en choisissant de chiffrer votre téléphone avec un code de déverouillage long. Cette option est disponible sur de nombreux systèmes d’exploitation. Cependant sachez que le chiffrement des données ne sera utile que si le téléphone est saisi quand il est éteint. De plus des entreprises comme la société israélienne Cellebrite ont annoncé avoir trouvé des failles face au chiffrement des données de plusieurs marques de téléphones.

La stratégie de protection principale est donc tout simplement de limiter les données que stockent les applications de votre téléphone. Sur toutes les applications, vous pouvez modifier les paramètres de confidentialité. Mettez les au maximum systématiquement.

On conseille de se séparer définitivement de tout téléphone qui a passé un moment dans les mains de la police loin de votre surveillance car des mouchards peuvent y avoir été mis.

Mesure de protection : ne pas se fier aux applications financées en revendant vos données

Dans la mesure du possible, désactivez le stockage de vos données sur le cloud ce que de nombreux téléphones et nombreuses applications font automatiquement. Vos données ne devraient être stockées que en local sur votre téléphone et non sur des serveurs distants. Cela peut être compliqué à faire avec certaines applications comme celles que les GAFAM proposent.

Vous ne pourrez en effet jamais faire confiance à des applications qui se financent en revendant vos données pour ne pas conserver vos historiques de données. Choisir des logiciels dits libres10, c’est quelques fois trouver des applications faites par des personnes luttant pour la vie privée sur Internet et contre la surveillance de masse.

Ainsi pour installer des logiciels sur Android, on recommande d’utiliser F-Droid et non le Google Play Store. Comme application GPS, on préférera OpenStreetMap et Firefox ou Tor Browser comme navigateur Web.

En général, essayez de limiter au maximum votre dépendance aux GAFAM. On recommande ainsi de limiter au maximum la présence sur les réseaux sociaux (Twitter, Facebook, Instagram, etc.), de ne pas utiliser Chrome ou Gmail, etc.

2.3. Prise de contrôle à distance d’un téléphone

On quitte ici le domaine de la surveillance de masse pour la surveillance individuelle. Les services de renseignement ont eu les moyens de prendre le contrôle total des téléphones à distance et l’ont probablement encore aujourd’hui. On ne sait pas exactement si cela est facile ou pas, si cela est fréquent ou pas et cela dépend des marques des téléphones mais cela est une possibilité.

Cette attaque permet entres autres de :

– noter tout ce que vous écrivez dans votre téléphone (mots de passes, etc.)

– activer le micro à distance,

– activer la caméra à distance.

Face à cette attaque, il y a peu à faire. On peut essayer de l’empêcher en amont en installant le moins d’applications possibles et en désactivant le Bluetooth. C’est souvent via des failles de sécurité du Bluetooth ou d’une application que l’attaquant s’introduit dans votre téléphone. Cela peut aussi être en vous envoyant un SMS avec un lien comme pour le logiciel Pegasus11.

On peut aussi cacher les caméras des téléphones via des stickers pour éviter que quelqu’un ayant piraté votre téléphone puisse prendre des photos ou vidéos sans que vous le sachiez.

Ne pas utiliser de téléphones ou ne pas l’avoir avec soi ou l’utiliser le moins possible constituent les meilleurs méthodes de protection face à cette attaque.

2.4. Conclusion : le téléphone, un objet que l’on peut difficilement protéger

Comme on l’a vu avec la dernière attaque, les téléphones ne seront jamais « sécurisés ». Quoi que l’on fasse, une carte SIM active est géolocalisée toutes les 5 minutes ce qui suffit pour avoir accès à une quantité impressionnante d’informations même si cette carte SIM n’est pas reliée à votre vraie identité (cependant elle pourra l’être plus tard si la police arrive un jour à recouper vos différentes identité numériques et civiles).

Les applications comme Signal permettent d’éviter la surveillance de masse via les factures détaillées de téléphonie mais absolument pas de garantir des communications privées avec d’autres gens dans le cas d’un piratage d’un téléphone présent dans la communication.

Il vaut mieux éviter d’utiliser des téléphones et en avoir le moins souvent besoin pour des activités sensibles. Par exemple il vaut mieux éviter de lire ses mails sur son smartphone si on a un ordinateur accessible pour le faire suffisamment régulièrement.

3. Attaques spécifiques aux ordinateurs

On envisagera les attaques suivantes :

– tentative d’intrusion par virus,

– perquisition de l’ordinateur.

3.1. Les virus

Les virus peuvent s’introduire sur votre ordinateur pour des effets indésirables allant de la récupération de quelques données à la prise de contrôle totale de votre ordinateur en passant par diverses formes d’espionnage (caméra activable à distance, etc.) ou de demande de rançon pour récupérer vos données (ransomware).

Pour vous protéger des virus, on vous conseille de mettre à jour vos applications dès que l’on vous le propose. Il s’agit souvent de mises à jour de sécurité qui vous protègent contre des failles que des attaquants pourraient utiliser pour entrer sur votre ordinateur.

Faites également attention aux documents que vous ouvrez sur votre ordinateur notamment sur Windows. Il n’est pas compliqué de mettre un virus dans un fichier PDF ou Word qui infecte votre ordinateur si vous l’ouvrez avec Acrobat ou MS Office. Les applications libres sous Linux comme LibreOffice sont plus résistantes face à ce type d’attaques.

Un antivirus à jour et un pare-feu sur Windows sont plus que nécessaires pour les utilisateur·ices de Windows. Nous ne savons pas si le pare-feu Windows présent de base sur Windows est suffisant ou s’il faut le compléter avec d’autres applications de protections

Si votre ordinateur a une Webcam, on peut cacher la caméra avec un sticker afin qu’un utilisateur ayant pris le contrôle de notre ordinateur ne puisse pas prendre de photos ou vidéos.

3.2. Les perquisitions

Si votre ordinateur tombe dans les mains de la police et que vous n’avez rien préparé, ils auront accès à une quantité impressionnante de données sur vous. Cela va même jusqu’aux fichiers que vous avez supprimé si vous n’avez pas pensé à les écraser proprement via des applications spécifiques. Le mot de passe administrateur d’un mac ou d’un Windows ne vous protège absolument pas et le choisir long ne servira qu’à vous protéger d’ami·es intrusif·ves n’ayant pas le temps de se renseigner pour les contourner.

Logo de Luks

Pour ralentir l’obtention de vos données, vous pouvez choisir de chiffrer vos données. Plusieurs options s’offrent à vous : Veracrypt ou Luks12. Attention cependant, vous ne pourrez faire confiance au chiffrement de vos données via Luks ou Veracrypt que si votre ordinateur est éteint.

Toutefois si la justice vous présente une demande de vos mots de passes ou clés de chiffrement, vous êtes tenu·es de les donner et vous encourez une peine maximum de 3 ans d’emprisonnement et 270 000 euros d’amende en cas de refus. Ces demandes ne sont que rarement effectuées dans le cadre de gardes à vue mais plutôt lors d’enquêtes plus longues13 donc ne donnez pas vos codes lors des gardes à vue. Veracrypt permet via un système de chiffrement avec deux mots de passe (un vrai et un faux) de tenter de contourner ces demandes en donnant uniquement le faux mot de passe.

Ne faites plus confiance à un ordinateur ou tout autre objet informatique tombé entre les mains de la police. Ils peuvent y installer des programmes espions sans que vous le sachiez. Cela peut même se faire sans que vous le sachiez si des personnes ont accès pendant quelques minutes à votre ordinateur sans surveillance. Un système d’exploitation sur une clé USB comme Tails peut être plus facilement protégé qu’un ordinateur car facilement transportable sur vous à tout moment.

L’autre danger d’une perquisition est la perte de vos données personnelles. Pour contrer cela, pensez à faire des sauvegardes que vous stockez dans des lieux sûrs et que vous actualisez régulièrement.

4. Attaques spécifiques à la navigation Web

On parlera de l’espionnage de votre navigation Web via :

– la demande des données que possède votre fournisseur d’accès Internet

– la surveillance des communications non chiffrées,

– les trackers.

4.1. Données de votre fournisseur d’accès Internet

Quand vous naviguez sur le Web, vous demandez à votre fournisseur d’accès Internet de communiquer avec les serveurs qui gèrent les sites Web que vous visitez. Ce dernier peut donc savoir quels sites vous consultez, ce que vous y faites et stocke ces données. Les autorités peuvent demander à votre fournisseur d’accès Internet l’historique de votre utilisation d’Internet et donc de votre navigation Web en particulier.

Pour se protéger de cette attaque, on conseille d’utiliser Tor. Le principe de Tor est très simple, il essaye de faire en sorte qu’aucun serveur ne sache avec qui vous souhaitez communiquer en utilisant 3 nœuds qui n’ont accès qu’à des informations partielles14.

Fonctionnement du réseau Tor via 3 nœuds.

À défaut d’utiliser Tor, vous pouvez utiliser un VPN. Le principe est similaire sauf qu’à la place d’avoir 3 nœuds tenus par des acteurs probablement différents, vous n’avez plus qu’un acteur intermédiaire entre vous et le serveur final. Cet intermédiaire a donc accès à l’intégralité de vos demandes de communication contrairement à Tor. Cependant votre fournisseur d’accès Internet sait juste que vous souhaitez communiquer avec le serveur de votre VPN.

Pour utiliser Tor, on peut installer Tor Browser sur téléphone ou ordinateur, utiliser le système d’exploitation Tails sur ordinateur ou installer Orbot sur téléphone.

Cependant il est important de noter que la navigation Web n’est pas le seul moment où vous utilisez Internet depuis un ordinateur. En utilisant Tor Browser par exemple, vous ne protégez votre IP que pendant votre navigation mais pas le reste du temps. Le système d’exploitation Tails est pensé pour que absolument toutes les connexions à Internet passent par Tor.

Tor n’est par contre pas parfait et comporte des faiblesses15. Régulièrement, des attaques réussissent contre Tor car de nombreux acteurs puissants (NSA, Europol, FBI, etc.) cherchent à lever l’anonymat que Tor procure notamment dans la lutte contre le marché noir.

De plus, le fournisseur d’accès Internet connaît vos heures d’accès à Tor ainsi que le volume de données qui transitent par Tor. Via ces éléments, on peut tenter de retrouver ce que vous avez fait sur Tor. D’où l’importance d’utiliser Tor pas uniquement pour des activités sensibles. En faisant cela, on participe à cacher dans la masse des personnes ayant besoin de protéger leur anonymat.

4.2. Surveillance des communications non chiffrées

De nombreux sites Internet utilisent encore le protocole HTTP. Ce protocole fait que les communications entre vous et le serveur final auquel vous souhaitez accéder ne sont pas chiffrées ni pour le serveur final ni pour votre fournisseur d’accès Internet.

On conseille d’utiliser le plus souvent le protocole HTTPS qui chiffre vos données de bout-à-bout c’est-à-dire que seuls vous et le serveur auquel vous souhaitez accéder ont accès aux données que vous demandez. Un module installable sur Firefox s’appelle HTTPS everywhere, elle force votre navigateur à utiliser le protocole HTTPS quand cela est possible.

Mais sachez que HTTPS ne vous protège que lors du transport des informations entre vous et le site web que vous consultez16. Ce dernier a toujours accès à de nombreuses informations pour vous identifier.

4.3. Trackers, cookies

Les trackers sont des données que votre navigateur Web fournit aux sites que vous souhaitez consulter qui peuvent permettre de vous identifier et de vous pister. Certains cookies sont des cookies dits de pistage et sont mis par des sites malveillants pour analyser vos habitudes de visite et d’achats en lignes.

Pour vous protéger des cookies malveillants entre autres, on conseille d’installer Privacy Badger, uBlock Origin et Cookie Autodelete sur votre navigateur Firefox. Pensez aussi à mettre les paramètres de confidentialité au maximum et d’être tout le temps en navigation privée.

Mais les cookies malveillants ne sont pas la seule méthode de pistage. Quand vous communiquez avec un site Web, vous communiquez un ensemble d’informations sur votre navigateur, une empreinte17, qui peut vous identifier. Dans cette empreinte, on peut par exemple trouver la résolution de votre navigateur, la version exacte de votre navigateur, le langage de votre navigateur, l’heure de votre ordinateur, les polices d’écritures que vous avez installées, etc.

Le système d’exploitation Tails fait en sorte que cette empreinte de navigateur soit la plus standardisée possible et soit la même pour toustes les utilisateur·ices de Tails. N’hésitez pas aussi à utiliser systématiquement Tor Browser. Plus de personnes utiliseront Tor Browser, plus ce navigateur aura une empreinte générique.

5. Attaques spécifiques aux systèmes de messagerie instantanées

Les conversations qui passent via Internet sont souvent chiffrées : Signal, XMPP, Matrix, mails, etc. On va essayer de comprendre comment ça se passe précisément pour mieux visualiser les risques de ces mécanismes de chiffrements.

Quand un message va de Alice à Betty via Internet, des données transitent par un grand nombre de serveurs. Les systèmes de chiffrement font en sorte que ces serveurs intermédiaires ne puissent pas déchiffrer ces données en le contenu du message entre Alice et Betty.

Si aucun mécanisme de chiffrement n’est mis en place pour une conversation sur Internet, cela signifie que des attaques sur n’importe quel serveur intermédiaire permettent de récupérer la conversation.

5.1. Transfert des mails

La plupart des clients mails utilisent le protocole TLS qui est un système de chiffrement. Ce protocole chiffre la communication entre les serveurs mails de l’expéditeur·ice et du destinataire.

Cependant les serveurs de mails ont accès aux communications et peuvent les lire. Par exemple, si vous utilisez un compte Gmail, Google lit vos communications et récupère les données.

Les serveurs de mails ont accès aux contenus de vos mails si vous n’utilisez que le protocole TLS (présent souvent par défaut). Cela n’est pas le cas quand vous utilisez le protocole PGP.

Un système de chiffrement dit bout-à-bout est un système qui chiffre les communications de manière à ce que seul·es le ou la destinataire et l’expéditeur·ice puisse déchiffrer. Le système TLS n’est donc pas un système de chiffrement bout-à-bout.

Pour mieux vous protéger, y compris de vos hébergeurs d’adresse mails, on vous conseille d’utiliser le protocole PGP18 qui est un mécanisme de chiffrement bout-à-bout que vous contrôlez. Vous n’aurez de plus plus à faire confiance aux acteurs intermédiaires pour bien chiffrer vos données vu que vous le ferez vous-mêmes.

Faites attention également aux usurpations d’identité. Il n’est pas si compliqué de se faire passer pour quelqu’un·e d’autre lors de l’envoi d’un mail. On ne peut donc pas être certain·e sans procéder à des vérifications que c’est bien la personne que vous pensez qui vous envoie un mail même si l’adresse mail semble correspondre.

Le système PGP vous protège de ces usurpations via un système de signature numérique.

Les métadonnées de vos communications mails (heure d’envoi, émetteur et destinataire) restent accessibles à de nombreux acteurs quels que soient le protocole.

Illustration expliquant le fonctionnement du protocole PGP.

Client mail ou webmail?

Les clients mails comme Thunderbird, l’application « Mails » d’Apple permettent de centraliser sur une même application plusieurs adresses mails. On conseille de les utiliser uniquement si le disque dur de l’ordinateur est chiffré car sinon toute personne ayant accès à votre ordinateur pourra lire vos mails. Il faudra préférer consulter ses adresses mails sur Tor Browser si le disque dur n’est pas chiffré.

Si le disque dur est chiffré, les clients mails sont bien pratiques notamment si on a plusieurs adresses mails car on compartimente les adresses selon les usages. On peut les configurer pour que la connexion aux serveurs mails passent par Tor ; cela est fait automatiquement sur Tails.

5.2. Signal, WhatsApp, Telegram, XMPP, Matrix

Signal, WhatsApp, Telegram, XMPP, Matrix utilisent un protocole de chiffrement bout-à-bout avec quelques spécificités selon les protocoles sur lesquels on ne s’attardera pas ici19. Ce principe assure que les seuls appareils ayant les clés de déchiffrement des messages sont ceux des correspondant·es. Les serveurs qui permettent la conversation (par exemple celui de Signal) ne peuvent pas déchiffrer les conversations. Cela assure que si les autorités piratent uniquement les serveurs de Signal, ils n’auront pas accès aux messages mais seulement aux métadonnées.

Ce chiffrement bout-à-bout ne protège par contre pas d’attaques visant les appareils des correspondant·es et les autorités essaient de trouver des solutions pour avoir accès aux messages via des failles20.

Signal, Telegram et WhatsApp utilisent votre numéro de téléphone portable. Cela est un risque car comme on l’a vu, les autorités peuvent récupérer votre nom via un numéro de téléphone portable si vous payez un abonnement à votre nom.

C’est pourquoi l’on préfère XMPP ou Matrix qui demandent juste un compte XMPP ou un compte Matrix pour fonctionner ce qui est plus anonymisable. À défaut, on préfèrera Signal à Telegram ou WhatsApp car Facebook contrôle WhatsApp et Telegram envisage de se financer via de la publicité.

Logo de XMPP

On pourra aussi essayer d’enregistrer un compte avec un faux numéro de téléphone ; diverses techniques sont possibles.

De plus XMPP et Matrix sont des applications décentralisées ce qui peut compliquer la tâche des autorités pour récupérer des métadonnées. En effet les applications centralisées centralisent ces métadonnées sur un seul serveur. Si les autorités arrivent à pirater le serveur de Signal, ils ont donc accès aux métadonnées de toutes les conversations passant par Signal.

Dans le cas d’une application décentralisée, pour avoir accès aux métadonnées d’une conversation, il faut que les autorités piratent un serveur utilisé pour cette conversation. En piratant ce serveur, elles n’auront accès qu’aux métadonnées des utilisateur·ices de ce serveur et pas aux métadonnées d’autres conversations passant par d’autres serveurs. De plus les applications décentralisées sont moins sensibles aux attaques par déni de service21 pour bloquer les communications.

Une attaque spécifique aux applications utilisant un numéro de téléphone comme Signal, Telegram ou WhatsApp est la suivante. Les autorités pourraient demander à un opérateur une copie de votre carte SIM, installer Signal dessus et récupérer ainsi l’intégralité de vos messages sur un smartphone qu’ils possèdent22 si elles ont accès au code PIN que vous avez donné à Signal.

Pour vous protéger de cette attaque, pensez à choisir un code PIN long et unique à votre compte Signal. Choisissez de même un mot de passe sécurisé pour vos comptes XMPP ou Matrix.

5.3. Hébergeur d’adresse mails

Selon l’adresse mail que vous avez, vos données sont stockées sur des serveurs différents (les serveurs de riseup pour les adresses riseup, les serveurs de Google pour Gmail, etc.). Ces serveurs ont souvent accès au contenu de vos mails si vous n’utilisez pas le protocole PGP. Ils ont en tout cas accès aux métadonnées des mails, c’est-à-dire aux heures des communications et aux adresses mails qui communiquent.

Choisir un hébergeur mail, c’est choisir à quel serveur vous faites confiance. Faites vous plutôt confiance à riseup ou à Google ? La réponse n’est pas si évidente car vu que beaucoup de militant·es utilisent riseup, les serveurs de riseup sont surveillés et subissent des attaques régulières.

Pour se protéger face aux attaques sur les serveurs mails que vous utilisez, vous pouvez :

  • utiliser le protocole PGP de chiffrement des mails pour que même le serveur mail n’ait jamais accès à vos mails sans votre clé privée personnelle,
  • essayer de décentraliser vos données au maximum et ne pas tout mettre sur les mêmes serveurs (on devrait ainsi éviter de toustes utiliser riseup)23.

Un des dangers de la centralisation des adresses mails sur les mêmes serveurs par exemple riseup est l’attaque par déni de service (DoS). Un attaquant peut empêcher toustes les utilisateur·ices d’un même serveur d’accéder à leurs mails pendant un laps de temps en attaquant ce serveur. Cette attaque peut bloquer vos communications. Elle est similaire dans ce sens au brouillage d’antennes réseau pour la téléphonie mobile.

Une adresse mail peut tendre vers l’anonymat si vous compartimentez ses usages. Avoir plusieurs adresses mails pour notre vie personnelle, notre travail, notre activité militante est bénéfique. Sinon les autorités peuvent retrouver votre identité via votre adresse mail. On pourra aussi choisir d’avoir plusieurs adresses mails24 selon les lieux de lutte que l’on visite de la même manière qu’on pourra choisir différents pseudos selon les lieux de lutte sur lesquels on va.

5.4. Fiabilité des mécanismes de chiffrement

L’attaque frontale des mécanismes de chiffrement demande une puissance de calcul considérable. La seule menace concrète pour des particuliers est en cas d’évolution de technologie permettant de calculer beaucoup plus rapidement qu’avant ce qui compromettrait l’ensemble messages chiffrés du passé. Certains mécanismes ont intégré ce risque pour éviter qu’on puisse déchiffrer un vieux message après un certain temps25.

6. En pratique, que faire ?

6.1. Prendre au sérieux la surveillance numérique

Ce guide n’est pas uniquement pour les militant·es aguerri·es. La surveillance numérique est principalement mise en place grâce à de grandes bases de données26 récupérées via de nombreuses personnes y compris des personnes qui pensent n’avoir rien à cacher27. Ces données sont ensuite analysées par ordinateur.

Dans une conversation à plusieurs, c’est la personne la moins protégée qui détermine le niveau de sécurité de la conversation. Se protéger, c’est donc aussi protéger les autres. La surveillance est un enjeu collectif et non individuel.

6.2. Bien choisir son système d’exploitation pour son ordinateur

On pourra différencier les systèmes d’exploitation selon les usages que l’on fait (personnel, militant, travail, etc.). On pourrait ainsi avoir une clé Tails pour un usage militant et un ordinateur avec Linux pour un usage plus personnel (famille, achats en ligne, etc.).

Le système d’exploitation Tails est facilement utilisable par une personne ayant peu de connaissances informatiques28. Parmi les avantages qu’une clé Tails offre, on peut citer entre autres :

  • Tails propose un environnement qui vous protège contre un grand nombre d’attaques et vous empêche de faire certaines erreurs,
  • Tails vient équipé en applications pratiques,
  • Tails passe par Tor systématiquement pour l’intégralité de vos connexions à Internet,
  • les utilisateur·ices de Tails se ressemblent sur Internet ce qui procure une certaine forme d’anonymat,
  • vos données dans le stockage persistent d’une clé Tails sont chiffrées via Luks.

Les problèmes de Tails sont les suivants :

  • complexité d’installer d’autres applications que celles fournies de base,
  • le fait de passer par Tor systématiquement vous empêche parfois de vous connecter à des services que vous utilisiez d’habitude,
  • surveillance considérable de Tails et attaques quelques fois réussies contre Tails29. Tails peut donner un faux sentiment de sécurité ce qui peut être dangereux.

Linux, plus compliqué à protéger mais plus flexible

Linux est l’autre choix naturel pour la protection numérique. Il permet de chiffrer l’intégralité de votre disque dur via le système Luks ce qui n’est pas négligeable. De plus, peu de virus existent sur Linux.

Il faudra par contre installer vous-mêmes Tor et vous y connaître un peu pour protéger votre anonymat sur Internet.

Windows ou Mac plutôt à éviter

Beaucoup de virus sont présents sur Windows alors que les Mac et Linux sont moins sujets aux virus. Ces derniers sont en effet des systèmes d’exploitation plus rares ce qui rend le développement de virus moins rentable. Cela est un point positif mais n’empêche absolument pas des développeurs malveillants de créer des virus pour Linux, Mac ou même Tails.

On conseille d’éviter Windows et Mac aussi parce que les sociétés Microsoft et Apple sont des multinationales contre lesquelles de nombreux·ses militant·es luttent.

6.3. Faites des sauvegardes régulières de vos données

Les sauvegardes permettent de récupérer vos données en cas de perte de votre matériel informatique (accident, perquisition, etc.). Si vous utilisez Tails, il est possible de faire une copie conforme de votre clé Tails30. Pour les ordinateurs sur Linux, Windows ou Mac, vous pouvez avoir un disque dur chiffré où vous copiez les données que vous ne souhaitez pas perdre. Stockez vos sauvegardes dans des endroits à l’abri des perquisitions.

6.4. Sécuriser ses échanges mails et préférer les mails aux échanges via téléphone

On pourra faire attention à créer plusieurs adresses mails selon les usages : personnel, militant, etc.

Les mails sont globalement plus sécurisables que les téléphones à condition d’utiliser le protocole PGP et de ne jamais consulter ses mails sur son téléphone. Ce protocole n’est pas compliqué à mettre en place. Attention cependant à ne pas perdre vos clés de chiffrement en faisant des sauvegardes dans des lieux sûrs.

6.5. Les téléphones : utilisation minimale et applications de messagerie via Internet

On peut essayer au maximum de garder nos téléphones loin de nous la plupart du temps. Cela nous forcera à moins compter sur eux et limitera notre dépendance à cet outil dangereux31. Si on prend en plus l’habitude d’enlever sa carte SIM quand on n’utilise pas son téléphone, c’est encore mieux.

Pour éviter d’être trop facilement espionnables, on préfèrera utiliser des applications de messagerie par Internet comme Signal, Conversations pour le protocole XMPP ou Element pour Matrix tout en étant conscient·e que ces outils ne vous protègent pas contre tout les types d’attaques.

On pourra aussi choisir d’utiliser au maximum des cartes SIM prépayées pour compliquer la géolocalisation de notre identité. Pour coupler ça à l’utilisation d’applications de messagerie par Internet, on peut par exemple fonctionner par partage de connexions avec des cartes SIM prises par des prêtes noms qui acceptent d’être géolocalisés à un endroit où iels ne sont pas.

6.6. Bien gérer ses mots de passe et options de confidentialité

Si cela n’est pas déjà fait, on peut choisir un nouveau mot de passe fort pour créer une base de données de mots de passe et tendre vers le fait d’avoir des mots de passe uniques pour chaque service que l’on utilise.

On conseille de mettre au maximum les options de confidentialité des applications que l’on utilise et installer des modules supplémentaires de protection de la vie privée. Sur Firefox, on recommande les modules suivants : Privacy Badger, Ublock Origin, HTTPS everywhere, Cookie Autodelete.

6.7. Limiter l’utilisation des réseaux sociaux

Le mieux est évidemment de quitter les réseaux sociaux. Si cela est compliqué pour vous, limitez votre activité dessus au strict minimum. Pour aider collectivement les personnes quittant les réseaux sociaux, ne postez que des documents (articles, images, vidéos, etc.) déjà présents sur un autre support et en mettant un lien vers ce dernier.

Boîte à outils de la Zad du Carnet
Pas de Copyright. Reproduction vivement conseillée

7. Ressources utiles :

Notes de bas de page

¹ Pour plus d’informations sur la culture de la sécurité, on pourra lire une brochure de Crimethinc sur Infokiosques https://infokiosques.net/lire.php?id_article=556
² Wikipedia sur les mots de passe
³ https://infokiosques.net/spip.php?article1725 pour se rendre compte de ce que peut faire Facebook avec le pouvoir qu’on lui donne en l’utilisant.
Le site Infokiosques.net propose quelques tutoriels pour apprendre à utiliser les flux RSS https://infokiosques.net/spip.php?article794
Nous avons publié un article sur le sujet des réseaux sociaux
Plus d’informations sur Mastodon ici
Source : un article de mediapart
Voir l’article de Streetpress à ce sujet
GAFAM désigne des géants du Web (Google, Apple, Facebook, Amazon, Microsoft). Pour savoir ce que beaucoup de militant·es reprochent aux GAFAM, on pourra se renseigner sur un site de la quadrature du net https://gafam.laquadrature.net/
10 Pour plus d’information sur le mouvement du logiciel libre, on peut consulter Wikipedia : https://fr.wikipedia.org/wiki/Logiciel_libre
11 Voir la page Wikipedia sur le logiciel Pegasus
12 Un comparatif entre Veracrypt et Luks se trouve ici : https://tails.boum.org/doc/encryption_and_privacy/luks_vs_veracrypt.inline/index.en.html
13 Paris-luttes.info a publié un article sur le sujet
14 On pourra se reporter au chapitre 7 du tome 2 du guide d’autodéfense numérique pour le fonctionnement de Tor.
15 Wikipedia parle des faiblesses de Tor
16 Voir ce lien pour mieux comprendre les protocoles SSL et HTTPS
17 Vous pouvez tester votre empreinte sur le site https://coveryourtracks.eff.org/
18 Pour plus d’infos sur comment mettre en place le protocole PGP : https://emailselfdefense.fsf.org/fr/
19 Un article Wikipédia compare schématiquement les différents protocoles
20
Voir l’article du 24/05/2017 sur https://attaque.noblogs.org/files/2020/06/french_intelligence_fr.pdf
21 Il semblerait que la messagerie Telegram ait été attaquée à Hong Kong en 2019 pendant les manifestations https://en.wikipedia.org/wiki/Denial-of-service_attack#Hong_Kong’s_Telegram
22 https://dijoncter.info/qu-est-ce-qu-on-connait-de-signal-1510. Pour une critique plus détaillée de Signal, on pourra consulter une brochure traduite en français de l’américain : https://iaata.info/Parlons-de-Signal-3517.html.
23 CHATONS propose des services libres et décentralisés comme par exemple l’hébergement d’adresse mails. On pourra cependant préférer pour des raisons judiciaires des services à l’étranger. Voir leur site : https://chatons.org/.
24 Si vous avez une adresse mail riseup, vous pouvez créer des alias https://riseup.net/aliases
25 Voir la notion de confidentialité persistante
26 Et cette surveillance est en plein essor comme le montre l’actualité : https://www.laquadrature.net/2020/12/08/decrets-pasp-fichage-massif-des-militants-politiques/
27 Pour vous convaincre que tout le monde a quelque chose à cacher, https://www.ted.com/talks/glenn_greenwald_why_privacy_matters
28 Un tutoriel pour apprendre à utiliser Tails est disponible sur Infokiosques.net https://infokiosques.net/spip.php?article1726
29 https://tails.boum.org/doc/about/warning/index.fr.html recense de nombreuses limitations de Tails.
30 Voir ce tutoriel pour créer une sauvegarde d’une clé Tails
31 Le témoignage de Julie sur Cortana recueilli par la Quadrature du Net est édifiant sur les possibilités d’espionnage offertes par les téléphones portables : https://www.laquadrature.net/2018/05/18/temoin_cortana/

Crédits des images

Dans l’ordre :

1. Image de la quadrature du net pour illustrer la censure
2. Logo de la Zad du Carnet CC-BY-SA 4,0
3. Représentation de la triade Disponibilité (D), Intégrité (I) et Confidentialité (C) par Ljean
4. Capture d’écran du logiciel KeepassXC
5. Image trouvée sur reddit
6. Logo de Technopolice.fr CC-BY-SA 4.0
7. Logo de Linux Unified Key Setup
8. Image extraite du guide d’autodéfense numérique
9. Logo de XMPP
10. Image extraite d’un cours sur Dane
11. Image extraite du guide d’autodéfense numérique
12. Logo de Tails
13. Image de la quadrature du net pour illustrer la censure

Prochains ajouts

  • Le logo de Tails a été oublié dans les images. Il sera ajouté dans la prochaine version
  • Dans la partie sur les clients mails, on a oublié de parler des interactions entre le protocole PGP et le client mail ou webmail.
  • Ajout d’ateliers pratiques à la fin du guide
  • Ajout de dispositions matérielles possibles et d’estimation des prix
  • Remplacement du terme schizophrène dans l’intro par incohérent pour ne pas stigmatiser les personnes souffrant de schizophrénie et éviter une confusion classique entre schizophrénie et trouble de dissociation de l’identité.
  • Changement de la partie mot de passes : vous êtes nombreux.ses à nous avoir signalé qu’utiliser des mots du dictionnaire baisse beaucoup l’entropie du mot de passe (cela veut dire approximativement que cela baisse la difficulté à attaquer le mot de passe par force brute). Nous changerons donc nos conseils dans cette partie.
  • Ajout d’une ressource (autre guide de protection numérique avec un angle différent) : https://zeka.noblogs.org/guide-de-protection-numerique/
  • Nous reformulerons la partie sur les métadonnées pour mieux distinguer la surveillance de masse (métadonnées) et la surveillance plus individualisée (écoutes).
  • Note 11 du pdf : erreur dans l’url du lien à corriger.
  • Nous développerons peut être un peu plus les conseils sur les hébergements de clients mails.

Connaître ses limites et s’entraider pour éviter le burn out

Ce texte revient brièvement sur quelques événéments qui se sont produits sur la Zad du Carnet et parle de burn out militant. Le même schéma se répète souvent : tu te retrouves seul·e à pouvoir faire quelque chose de vital mais tu n’en peux déjà plus physiquement et mentalement. Alors tu pousses tes limites et tu continues quitte à ne pas en ressortir indemne…

Le déchirement entre sentiment de devoir et incapacité physique ou mentale de continuer

Nous ne sommes pas nombreux·ses à nous investir dans le militantisme politique. Pourtant, il y a tant à faire pour détruire le vieux monde d’une part et pour construire des rapports plus sains entre humain·es et non-humain·es d’autre part.

Quelques fois, on se retrouve à être le ou la seul·e à pouvoir faire quelque chose de méga important alors qu’on est à bout de force. Beaucoup d’entre nous font alors le choix de dépasser leurs limites de ce qu’on est capable encaisser. Selon les cas, nous en ressortons avec une petite cicatrice ou en burn out militant dont il faudra plusieurs années pour en sortir…

Les situations sont tellement variées et uniques qu’il est impossible de donner des conseils pratiques dans ce genre de cas. Essayons juste de faire attention à nous-mêmes et aux autres. Construisons des groupes qui se rendent compte des dangers à vouloir trop en faire, des dangers qu’il y a de toustes se cramer de manière isolée à force de se mettre la pression. Soyons attentif·ves à l’état physique et mental de nos ami·es et encourageons les à prendre une pause en les relayant quand cela est possible.

Les crises psychologiques sur zone : un exemple pratique

Evidemment, quand une personne va mal sur la Zad, on fait de notre mieux pour l’aider, pour mettre en place un réseau de soutien quitte à ce que plusieurs personnes investissent toute leur énergie dans le soutien de la personne en détresse. Mais quand la crise est grave, souvent toute cette énergie ne suffit pas et on se retrouve dans l’impasse.

En effet, on ne peut que constater que nous ne sommes majoritairement pas formé·es à ce que la médecine appelle « maladies mentales ». Et même si nous l’étions, les conditions de vie précaires sur une Zad ne correspondent pas à ce dont ont besoin beaucoup de personnes qui ne vont pas bien. De plus, nous sommes sur une Zone à Défendre, pas dans un lieu de soin antiautoritaire et autogéré¹ : il y a tellement d’autres choses à faire ici qui nous accaparent notre énergie.

Alors celles et ceux qui choisissent de soutenir la personne dont l’état ne s’améliore pas peuvent se cramer à les aider tant le soutien à une personne malade peut être énergivore. Le risque est que pour tenter d’aider une personne, trois personnes brûlent toute leur énergie et fassent une crise à leur tour.

Le projet Icarus est un réseau de soutien et de partage par et pour les personnes dont les manières d’expérimenter le monde sont souvent diagnostiquées comme des maladies mentales.

Mais aucun choix ne semble être bon : d’une part envoyer une personne malade vers des lieux qui ne nous conviennent pas politiquement (un hôpital psychiatrique par exemple) ou alors d’autre part laisser la situation s’aggraver sur zone en espérant que tout va s’améliorer. Face à ce dilemme, on attend parfois trop tard ce qu’on regrette à posteriori… Mais comment pourrait-on déterminer les situations gérables sur zone où l’on peut s’entre-aider des situations trop graves où l’on va collectivement dans le mur à vouloir aider de la mauvaise manière ?

Il est souvent plus fatiguant de transmettre le relais que de faire soi-même

On se rend compte souvent trop tard qu’on n’en peut plus. À ce moment là, il est clairement trop tard pour passer le flambeau de ce qu’on était en train de faire. Selon ce qu’on faisait, il peut être risqué de tout lâcher sans suivi (par exemple si on aidait quelqu’un en crise psychologique). Alors certain·es choisissent de continuer même si iels en peuvent plus.

Se rendre compte bien à l’avance que ce qu’on fait est au-dessus de nos forces permet de nous préparer à se faire relayer et de faciliter ce passage de flambeau. Plus on s’y prendra tôt, plus il y aura de temps pour échanger les informations nécessaires. Pour transmettre le relais, il faut (et c’est plus compliqué qu’il n’y parait) :

  • trouver quelqu’un·e de disponible qui souhaite vous relayer,
  • transmettre les informations nécessaires,
  • transmettre ce qu’on voudrait faire pour la suite.

Cela peut être d’autant plus compliqué de se motiver à faire ces 3 étapes si on craint que sans soi les choses seront mal faites.

Quelques pistes de réflexions : vers des groupes plus résilients

La suite est une traduction d’un morceau d’un tract du projet Ulex (pages 15-16) pour un activisme plus soutenable. On ne peut penser un burn out d’une personne dans un groupe ou collectif comme un problème individuel : il s’agit d’un problème du collectif en entier d’où l’idée de construire des groupes que le texte qui suit appelle « résilients » pour prévenir les burn out.

La résilience est la la capacité d’un système à se remettre d’un choc ou à se rétablir après des difficultés. Il s’agit d’une qualité qui englobe la robustesse sans rigidité ainsi que la capacité à s’adapter et à apprendre. On pense que la résilience des écosystèmes et des systèmes sociaux est souvent liée au nombre et à l’éloignement des connexions au sein du système. La diversité et la connectivité sont des bons indicateurs de résilience.

La notion de résilience peut être utile pour parler de la soutenabilité de nos organisations et de nous-mêmes. Il y a des moments quand on doit donner tout ce qu’on a, des moments où on est surchargé·es et stressé·es. Que doit-on mettre en place pour se remettre et pour nous régénérer ?

De même que le burnout est multifactoriel, la résilience est favorisée par un large éventail de conditions interconnectées :

La résilience émotionnelle et psychologique
Il s’agit de notre capacité d’avoir des émotions fortes, de supporter la déception sans tomber dans le découragement, d’éviter l’apathie et le cynisme et de garder des racines fortes et profondes de motivation.

Soutien du groupe
Dans les études sur la résilience émotionnelle, il est devenu de plus en plus clair que la connexion que l’on a avec les autres est aussi importante que les situations psychologiques que l’on vit pour ne pas subir. De bon·nes ami·es qui écoutent, sont empathiques, nous laissent nous décharger de nos émotions et nous aident à analyser nos expériences constituent un réseau de soutien inestimable. Il est indispensable d’avoir autour de nous des personnes qui vont nous faire des retours quand nous sommes surchargé·es et qui vont agir pour nous aider émotionnellement et pratiquement quand nous en avons besoin. Créer ces réseaux de soutien constitue une étape importante pour avoir plus de résilience dans nos vies. Apprendre à accepter ce soutien est tout aussi important.

Résilience comportementale
Le changement de la société est un marathon et non un sprint. Il y aura des moments de sprints. Mais nous devons les choisir avec sagesse. Plutôt que d’être à fond dans des missions vitales en continu, nous avons besoin d’approches qui nous aident à garder des réserves et à reconnaître l’importance du rythme. Plutôt que nous lancer sans cesse en avant vers un futur incertain, nous devrions apprendre à être présent·es à chaque étape du changement social, à être capable de choisir notre direction plutôt que de se faire balader en aveugle par une dynamique imprévue. Et quand nous devons nous donner à fond, nous devons être capable de compenser cela avec un temps pour le repos et la récupération avant un nouveau sprint. Nous devons apprendre à trouver un équilibre entre donner de notre temps et de l’énergie et prendre du temps pour se ressourcer.

Résilience organisationnelle
Le manque d’organisations résilientes nous met une pression énorme. Des aspects importants d’une organisation résiliente sont les suivantes : apprendre à s’agrandir à un taux adapté (en termes d’objectifs et de nombres) ; apprendre à êre raisonnables dans nos choix d’actions et de luttes afin de trouver des défis qui nous permettent de gagner en puissance et d’apprendre plutôt que de nous mettre à terre ; créer des doublons afin de permettre aux gens de prendre du repos ; créer des cultures qui encouragent à prendre soin de soi et des autres ; augmenter la capacité de résoudre les conflits, de lutter contre les dominations et de rendre chacun·es plus puissant·es (empowerment).

Des connexions plus profondes
Les écosystèmes résilients sont souvent formés de connexions multiples. La connectivité et la diversité d’un écosystème constituent des indicateurs de résilience. Agir sur les trois différentes dimensions de notre connexion au monde – c’est-à-dire la connexion à nous-mêmes, aux autres et à la nature – peut être utile pour augmenter notre résilience. Être en connexion profonde avec soi-même, ses motivations principales en gardant notre vision fraîche et nos valeurs vivantes peut être important. Partager des objectifs et incarner des valeurs dans nos relations avec les autres nous permet de conserver notre inspiration et notre bien-être. Nous connecter à la nature – c’est-à-dire avec les non-humain·es – peut nous aider à trouver du ressourcement et des perspectives, de connecter ce que l’on fait avec quelque chose de bien plus grand que nous-mêmes et nos petits soucis.

Quelques ressources pour creuser

¹ Et des lieux de ce style manquent cruellement dans le milieu militant.

Illustration “Mad Anarchy” par Trace Fleeman Garcia

Au Carnet, nous nous mobilisons aussi contre le mensonge de la transition écologique !

  • À la ZAD du Carnet, nous avons choisi d’occuper un territoire menacé de disparaître sous le béton. Ce sont 110 ha sur près de 400, soit environ un quart de l’île que nous défendons, qui sont voués à abriter ce que les grands bousilleurs osent appeler un parc éco-technologique. Nous inscrivons notre lutte dans celle contre le capitalisme vert, car nous ne croyons pas à une transition qui refuse de remettre en cause les dominations qui structurent nos sociétés. Ici, nous essayons de construire une forme d’autonomie et pour nous, construire l’autonomie passe par la réappropriation de notre façon de penser le monde que nous habitons, loin de l’écologie productiviste qu’on nous impose.

Une première écologie à dénoncer, celle des pouvoirs publics et des industriels

Ça n’échappe plus à grand monde, nous sommes collectivement en train de saccager notre planète. Que nous proposent exactement les pouvoirs en place pour y remédier ? Premièrement, culpabiliser celles et ceux qui consomment soi-disant mal, surtout quand ils et elles sont pauvres1. Deuxièmement, trouver une solution technique à nos ennuis, sans questionner notre foi aveugle dans le progrès et dans l’industrie. C’est ce qu’on peut appeler capitalisme vert. Sur le site du Carnet, nous sommes directement concerné·e·s. Le port de Nantes-Saint-Nazaire prévoit d’installer un parc éco-technologique, c’est-à-dire un parc industriel mettant en avant les énergies renouvelables. Le terme est volontairement flou et derrière le mot renouvelable, ce qui se cache, c’est la recherche de nouvelles formes d’énergie à exploiter pour continuer la croissance des besoins. En gardant toujours la main mise sur la production et la distribution, parce que le contrôle, contrairement au reste du monde, n’est pas en train de s’écrouler.

Pourquoi parler de capitalisme vert ou d’écologie industrielle ? Parce qu’il n’y a pas de volonté de remettre en cause ni le modèle productiviste de notre société, ni les inégalités structurelles qui en découlent. D’ailleurs, la communication du port est assez claire et leur projet au Carnet s’inscrit dans la complémentarité de ce qui se passe ailleurs sur l’estuaire de la Loire, qui devient peu à peu une poubelle gigantesque de métal et de béton. Sans énumérer tous les désastres envrionnementaux en jeu, car ce n’est pas notre but ici et car d’autres l’ont déjà fait2, rappelons seulement deux choses : le port de Nantes-Saint-Nazaire est colonialiste (importations massives de ressources africaines et sud-américaines par exemple, héritées d’un passé esclavagiste) et il est à la pointe de l’extractivisme (importations de gaz de schiste3, etc…). Ce n’est pas en juxtaposant un parc éco-technologique ou en développant l’éolien maritime au large de Saint-Nazaire4 que l’on agira contre ces défaillances écocidaires de notre monde.

Pire encore, au-delà de cette logique de la vitrine verte, la défense de l’environnement est devenu un nouveau marché. Il est peut-être superflu de le rappeler, mais le capitalisme est un système capable de s’alimenter de tout ce qui le contredit. L’écologie y compris. Typiquement, plutôt que d’arrêter les industries fossiles les plus polluantes, on préfère leur imposer d’investir dans les énergies renouvelables, en faisant des bénéfices au passage, avec une logique néo-libérale assez simpliste : le nouveau marché créé est supposé concurrencer le premier et ainsi compenser la pollution. Ce mécanisme est déjà dénoncé depuis longtemps5, mais ce qui est particulièrement visible au Carnet, c’est le rôle qu’y tiennent les pouvoirs publics. Le projet étant volontairement opaque, il n’y a pas encore d’investisseur privé déclaré. Les acteurs qui promeuvent la destruction du terrain que nous occupons, c’est bien la métropole de Nantes-Saint-Nazaire, à travers son port, et c’est bien l’État, qui a fait du Carnet un des nouveaux sites «clés en mains»6 c’est-à-dire qu’on choisit de faciliter les gros industriels en prenant en charge, par le biais des collectivités territoriales, toutes les contraintes environnementales préalables à leur carnage. En fait, cela fait bien longtemps que nous sommes conscient·e·s que le pouvoir politique est le complice du pouvoir économique. Nous choisissons donc au Carnet de dire «dégagez» aussi bien à ces entreprises qui spéculent sur la destruction du vivant qu’à l’État qui les aide dans cette démarche.

Voilà la transition qu’ils nous vendent. Elle est faite de nouvelles accumulations et de nouvelles dominations, avec des liens entre le public et le privé toujours plus insidieux. Pour nous c’est évident, il n’y a de transition que vers un monde qui s’est accomodé de nos critiques environnementales.

L’écologie d’opposition n’est pas plus crédible

Face à cela, certain·e·s sont tenté·e·s par une transition plus contraignante, avec des normes plus sévères. Obliger les pollueurs à cesser leurs activités, mais sans bouleverser le reste. C’est le cas de celles et ceux qui cherchent à négocier avec le pouvoir, qu’ils et elles agissent au nom d’un parti politique, d’une association, à titre individuel ou bien en collectif. Nous ne croyons pas plus à cette écologie-là. Premièrement parce que cette stratégie nous paraît inefficace et dangereuse. Donnons un exemple qui nous concerne directement. Au Carnet, il est question de zones compensatoires, c’est-à-dire d’autoriser la destruction d’une zone humide, tant qu’on en reconstruit une autre, artificiellement, ailleurs. C’est en cherchant à discuter d’un point de vue technique sur ces mesures compensatoires que certaines associations ont légitimé le projet des industriels7. Il ne s’agit pas ici de faire leur procès, ni de savoir si ces associations sont de bonne foi ou pas, nous nous en fichons complètement. Il s’agit de constater qu’avant l’installation de la ZAD, elles accompagnaient la construction du parc éco-technologique. Et nous ne disons pas cela pour comparer nos méthodes de lutte, mais bien pour pointer du doigt les contradictions auxquelles mène systématiquement la volonté de négocier avec un pouvoir qui se veut hégémonique.

Deuxièmement et surtout, parce que nous pensons que le désastre environnemental est intrinsèquement lié à l’organisation politique de nos sociétés. Nous ne légitimerons pas d’autres exploitations au nom de l’écologie. Nous ne négocierons pas avec les acteurs de la transition pour en proposer une autre, plus enviable, tandis que ce sont les mêmes acteurs qui pillent d’autres pays. Nous ne perdons pas de vue que le développement des énergies renouvelables va de pair avec le colonialisme : la construction d’éoliennes industrielles nécessite l’extraction intensive de matériaux, pour la plupart dans des mines en Asie, dans des conditions souvent épouvantables8 et nous avons bon dos d’acclamer des énergies qui se prétendent propres alors que d’autres que nous se tuent littéralement au travail pour les produire. Mentionnons aussi que nous volons et détruisons des terres qui ne nous appartiennent pas. Un exemple frappant est celui de l’isthme de Tehuantepec au Mexique, véritable couloir de vent et qui est au centre des attentions de tous les industriels de l’énergie9. L’entreprise EDF dont nous occupons un terrain est en train d’accaparer des terres là-bas, en réprimant les populations. Comment alors négocier quoi que ce soit avec elle ici.

Une autre chose qui est en jeu et contre laquelle nous tentons de lutter, c’est l’apparition de nouvelles formes de contrôle social. En parallèle de la création de parcs éoliens partout où c’est possible, ce qui se prépare, c’est l’avènement d’un capitalisme de la surveillance et il s’agit à nouveau des mêmes acteurs10. Nous en voyons déjà les prémices, avec l’avènement des villes connectées, promues par les énergéticiens. Nous ne voulons pas d’un monde dystopique, où sous couvert de rendements, nos moindres faits et gestes sont surveillés. Nous refusons la continuité qui existe de fait entre l’aménagement des territoires et l’aménagement des comportements. C’est partant de ce principe que nous choisissons de saboter l’aménagement des territoires.

Nous affirmons qu’une transition écologique qui ne dénonce pas toutes les logiques de dominations n’est bonne qu’à être jetée à la poubelle, sans même être recyclée.

S’approprier les questions de l’énergie dans une perspective d’autonomisation

Y a-t-il en fait une transition souhaitable ? Ce mot nous paraît mal défini. Nous ne croyons pas à la possibilité d’aménager le pouvoir, nous n’envisageons pas d’adoucir les atrocités du monde capitaliste. Nous essayons, tant bien que mal, de nous inscrire en rupture avec celui-ci. Au-delà de protéger des terres agricoles d’une bétonisation massive, ce sont les mondes que nous construisons que nous défendons derrière nos barricades. Nous ne prétendons pas que c’est une tâche facile et nous sommes conscient·e·s de nos limites et fort·e·s de nos erreurs passées. Nous ne prétendons pas non plus qu’à la ZAD du Carnet, nous sommes libéré·e·s des oppressions systémiques. Au contraire, c’est parce que nous ne savons que trop bien que ces oppressions existent, y compris au sein de nos luttes, que nous essayons de nous organiser contre. Enfin, nous sommes des squatteur·euse·s et si on nous expulse et qu’on nous empêche de revenir, malgré toute notre peine, nous continuerons à construire l’autonomie ailleurs. Nous disons cela ici parce que la seule transition qui nous paraît possible, c’est celle à travers laquelle nous essayons de reprendre la main sur nos vies, en brisant les hiérarchies. Cette transition n’est pas seulement écologique.

En fait, il y a même parfois une contradiction entre ce que nous essayons de faire et le discours écologique scientifique, lorsque celui-ci nous impose des formes de luttes, au nom d’une légitimité à obtenir. Par exemple, comme l’ont souligné des copaines à la ZAD du Testet en 2014, la création d’un vocabulaire technique et universitaire a tendance à déposséder tout un·e chacun·e de la possibilité de s’exprimer sur le monde qu’il ou elle habite11. Nous n’avons pas besoin de savoir ce qu’est une zone humide pour avoir envie d’y vivre et de la protéger. Il n’est pas question ici de rejeter l’écologie scientifique en tant que telle, mais bien de l’intégrer à nos combats dans une visée émancipatrice plutôt que surplombante.

Enfin, puisqu’il est question d’énergie dans notre critique, nous nous rendons compte de notre faiblesse dans notre volonté d’émancipation : nous sommes loin de l’autonomie énergétique. Nous en sommes si loin qu’elle est même difficile à imaginer. Nous souhaitons donc nous rapprocher de celles et ceux qui se sont emparé·e·s de cette question, tant d’un point de vue pratique que théorique. Il ne s’agit pas seulement de pirater les réseaux d’EDF mais bel et bien d’apprendre à se passer du monopole de l’État et des capitalistes dans notre alimentation électrique, comme dans notre vie de tous les jours.

Après avoir dit tout ça, nous ne voulons pas nous-mêmes imposer notre vision d’un monde vivable, qui serait à élaborer collectivement. Nous invitons toutes celles et ceux qui le veulent à venir nous voir et à papoter avec nous à propos de toutes ces choses. Ce sera aussi l’occasion de se rendre compte directement de ce que nous défendons : un Carnet libre et sauvage à l’abri des éco-pollueurs.

Illustration : Image tirée de l’Amazazine n°1, le fanzine de l’Amassada. En italien, voi non potete fermare il vento signifie tu ne peux pas arrêter le vent.

Notes de bas de page

1 Par exemple, le gouvernement a préféré essayer de mettre en place une taxe carbone pour agir sur la pollution routière, au détriment d’autres méthodes visant directement les industriels, par exemple en empêchant l’obsolescence programmée des voitures, ou l’invasion de gadgets électroniques qui les rendent toujours plus difficiles à réparer. Heureusement les gilets jaunes ne se sont pas laissé faire, affirmant qu’il n’existe pas de consommation éthique, mais bien des injonctions moralisatrices.

2 https://stopcarnet.fr/le-projet-du-grand-port/le-site-du-carnet/.

3 https://multinationales.org/Le-gaz-de-schiste-americain-arrive-discretement-en-France.

4 Le R&D du grand port de Nantes-Saint-Nazaire est en train de tout miser sur l’éolien maritime, voir par exemple ici https://www.emr-paysdelaloire.fr/forces/des-infrastructures-dediees/ la description sommaire de leur projet. Sur le terrain que nous occupons, il y a une éolienne prototype pour ce projet. Nous l’avons réquisitionnée et l’occupons désormais, ce qui nous paraît symboliquement très important.

5 On conseille par exemple le visionnage du documentaire Pas res nos arresta de nos copaines de l’Amassada, disponible ici https://vimeo.com/207707152.

6 https://www.terrestres.org/2020/01/27/loose-france-parce-que-cest-notre-projet/.

7 Voir la lettre ouverte du collectif Stop-Carnet : https://stopcarnet.fr/le-projet-du-grand-port/la-loire-en-danger-le-carnet-un-site-naturel-a-proteger/lettre-ouverte-aux-assos-environnementales-accompagnant-le-carnage-prevu-au-carnet/.

8 Voir le plaidoyer contre les éoliennes industrielles par l’Amassada, disponible ici https://douze.noblogs.org/files/2019/09/plaidoyerA5.pdf. Notons que cette brochure ne parle que d’un type d’éoliennes, celles qui nécessitent l’extraction de terres rares. Cependant, ajoutons que les autres types d’éoliennes industrielles, même sans terres rares, sont aussi très coûteuses en matières minérales extraites, voir notamment l’article de reporterre https://reporterre.net/Quel-est-l-impact-des-eoliennes-sur-l-environnement-Le-vrai-le-faux.

9 Voir les articles universitaires d’Alexander Dunlap, disponibles ici https://douze.noblogs.org/boite-a-outils-pour-la-com/ sur l’isthme de Tehuantepec et sur le colonialisme énergétique au Mexique.

10 La lutte à Saint-Victor-et-Melvieu en Aveyron a permis de mettre en lumière cette mise en place d’un réseau de surveillance et d’un maillage énergétique des populations, voir le livre Être forêt de Jean-Baptiste Vidalou, ou la brochure trancher le filet réseau, disponible ici https://douze.noblogs.org/files/2019/09/Trancher-le-filet.pdf.

11 Voir notamment l’article les zones humides on n’en a rien à foutre, dans le premier numéro du journal Sivens sans aucune retenue, disponible ici https://tantquilyauradesbouilles.wordpress.com/sivens-sans-retenue/.

Quiz juridique de la Zad du Carnet

Pour améliorer la défense collective et individuelle, il est très important de bien connaître ses droits. Ce quiz permet de vous familiariser avec certaines informations importantes en cas de garde à vue ou de contrôle routier. Pour répondre à ces questions, n’hésitez pas à développer votre pensée car la réponse est souvent plus complexe qu’un simple oui ou un simple non.

Le quiz est pensé pour des personnes ayant déjà lu quelques ressources sur la garde à vue comme le manuel de survie en garde à vue. On vous invite à le lire avant d’essayer de répondre aux questions pour vous familiariser avec les notions de garde à vue, de comparution immédiate et de garanties de représentations.

Liste de questions

Q1 : Quels sont les éléments à donner quand des forces de l’ordre te demandent ton identité ?

Q2 : En garde à vue, qui décide de la prolongation de la garde à vue de 24h à 48h ?

Q3 : Sur la base de quels éléments cette prolongation est-elle décidée ?

Q4 : Qui décide si une personne en garde à vue va passer en comparution immédiate ou non ?

Q5 : Pourquoi refuser la comparution immédiate ?

Q6 : En cas de refus de comparution immédiate, qui décide de la mise en détention provisoire ou d’un contrôle judiciaire en attendant le procès ?

Q7 : Quand est-on certain.e que l’on va passer en comparution immédiate ? Peut-on le savoir avant de manière sûre ?

Q8 : A quel moment peut-on désigner un autre avocat que l’avocat commis d’office pour nous représenter à la comparution immédiate ?

Q9 : Les policiers peuvent-ils te prendre en photo sans ton accord ?

Q10 : A-t-on le droit de refuser une perquisition ?

Q11 : La personne dont l’habitation est perquisitionnée est-elle obligée d’être présente pour que la perquisition ait lieu ?

Q12 : Combien de temps ont les forces de l’ordre pour montrer la réquisition de fouille d’un véhicule ?

Q13 : Les forces de l’ordre ont-elles le droit de fouiller un véhicule sans une réquisition de fouille de véhicules ?

Q14 : Lors d’un contrôle d’identité ou d’une garde à vue, les policiers ont-ils le droit de prendre en photo des personnes sans leur accord ?

Q15 : Que risques-tu si tu refuses de donner tes empreintes et de te laisser prendre en photo lors d’un contrôle d’identité ou d’une garde à vue ?

Q16 : Est-on obligé de donner son code pin de téléphone si des policiers nous le demandent ? Quels sont les risques si l’on refuse ?

Q17 : A quoi servent les garanties de représentation et quand sont-elles utiles ?

Q18 : Donner quatre exemples de garanties de représentation.

Q19 : Si ton portable est avec toi et que tu es interpellé.e, à quelles informations auront accès les forces de l’ordre ? Y a-t-il des choses dangereuses dedans ?

Q20 : Si les forces de l’ordre vous demandent votre ADN et que vous refusez, que risquez vous ?

Q21 : Quels sont les risques juridiques d’établir une fausse déclaration d’hébergement ou d’en utiliser une ?

Q22 : Quels sont les avantages à ne rien déclarer en garde à vue lors des procès-verbaux d’audition ?

Q23 : Que risque-t-on en cas de refus de décliner son identité quand les forces de l’ordre nous le demandent ?

Q24 : Que risque-t-on si l’on donne une identité imaginaire ou si on usurpe l’identité d’une personne existante ?

Q25 : Est-ce un délit de ne pas avoir de pièces d’identité sur soi ?

Q26 : Comment les flics procèdent-ils pour vérifier si une identité est imaginaire ?

Q27 : Peut-on refuser dans toutes les situations la signalétique, c’est-à-dire les photos et les empreintes ?

Quelques éléments de réponses

Ces réponses sont loin d’être parfaites, on vous conseille de vous renseigner par vous-mêmes en consultant des brochures d’auto-défense juridiques ou des livres à ce sujet. Quelques références nous semblent importantes pour bien comprendre la répression politique d’une part et l’autodéfense juridique d’autre part :

Q1 : Quels sont les éléments à donner quand des forces de l’ordre te demandent ton identité ?

On a l’obligation de donner si on nous le demande : nom et prénom, date et lieu de naissance. Une identité consiste en 4 éléments : nom, prénom, date et lieu de naissance. Ces éléments doivent par exemple figurer sur une attestation d’hébergement.

Q2 : En garde à vue, qui décide de la prolongation de la garde à vue de 24h à 48h ?

C’est le procureur qui décide de la prolongation de la garde à vue. Un flic vous annoncant que vous allez être prolongé ment probablement pour vous mettre la pression : il ne peut pas connaître l’avis du procureur avant que celui-ci le prenne.

Q3 : Sur la base de quels éléments cette prolongation est-elle décidée ?

Le procureur est souvent dans un bureau loin des cellules de garde à vue. Il a accès aux éléments du dossier c’est-à-dire au procès-verbal d’interpellation, aux pièces que les flics ont déjà pu collecter pour appuyer les charges retenues contre vous (témoignages, photos, vidéos), aux procès-verbaux des auditions que vous avez effectuées en garde à vue ainsi qu’aux remarques des flics sur votre comportement en garde à vue.

Q4 : Qui décide si une personne en garde à vue va passer en comparution immédiate ou non ?

C’est encore une fois le procureur qui décide de cela.

Q5 : Pourquoi refuser la comparution immédiate ?

On refuse la comparution immédiate pour avoir le temps de préparer sa défense. Lors de la sortie de la garde à vue, les seules pièces du dossier sont souvent celles des flics qui sont à charge. Le fait de ne pas avoir eu le temps de préparer sa défense fait que les peines décidées en comparution immédiates sont souvent très lourdes. La procédure de comparution immédiate est considérée par beaucoup de personnes comme une forme de justice expéditive qui ne respecte pas les droits de la défense.

Q6 : En cas de refus de comparution immédiate, qui décide de la mise en détention provisoire ou d’un contrôle judiciaire en attendant le procès ?

C’est le juge qui décide de cela. Ce n’est ni le procureur ni les flics.

Q7 : Quand est-on certain.e que l’on va passer en comparution immédiate ? Peut-on le savoir avant de manière sûre ?

On sait qu’on va passer en comparution immédiate quand le procureur nous le dit directement ou quand on est amené aux geôles du tribunal. Ce sont les seuls moyens d’en être certain.e, les flics mentent souvent en garde à vue à ce sujet pour mettre la pression.

Q8 : A quel moment peut-on désigner un autre avocat que l’avocat commis d’office pour nous représenter à la comparution immédiate ?

Quand le procureur nous notifie que l’on va passer en comparution immédiate, on peut désigner un autre avocat en donnant son nom et son barreau. Si cet avocat est présent et qu’il accepte, ce sera lui qui vous défendra lors de votre comparution immédiate.

Q9 : Les policiers peuvent-ils te prendre en photo sans ton accord ?

Non les flics ne peuvent pas te contraindre à être pris en phot. Ils le font souvent ou le tentent souvent sans votre accord ou discrètement. Il est important de refuser systématiquement si l’on ne souhaite pas que les flics vous prennent en photo.

Q10 : A-t-on le droit de refuser une perquisition ?

Cela dépend des perquisitions mais souvent on ne peut pas refuser (en cas de flagrant délit ou d’instruction). En cas d’enquête préliminaire, on peut refuser la perquisition et les flics demandent de faire signer un papier les autorisant à perquisitionner.

Q11 : La personne dont l’habitation est perquisitionnée est-elle obligée d’être présente pour que la perquisition ait lieu ?

Non. Si l’habitant.e n’est pas là, deux témoins sur place peuvent être désigné.es par l’officier de police judiciaire pour l’accompagner. Ces témoins ne sont pas obligés de répondre aux questions.

Q12 : Combien de temps ont les forces de l’ordre pour montrer la réquisition de fouille d’un véhicule ?

Les forces de l’ordre disposent d’un délai de 30 minutes pour montrer le papier de réquisition de fouille. Ce délai passé, on est en droit de repartir sans que la fouille n’ait été effectuée.

Q13 : Les forces de l’ordre ont-elles le droit de fouiller un véhicule sans une réquisition de fouille de véhicules ?

Oui en cas de flagrant délit ou si l’on accepte la fouille. Il est donc important de demander à voir ce papier.

Q14 : Lors d’un contrôle d’identité ou d’une garde à vue, les policiers ont-ils le droit de prendre en photo des personnes sans leur accord ?

Non, tu ne peux pas être contraint à donner tes empreintes ou à te laisser être pris en photo. Les flics essaient souvent de le faire sans ton consentement ou sans te prévenir que tu peux refuser. Il est important de signaler oralement et clairement son refus quand on constate que les flics essaient de vous prendre en photo.

Q15 : Que risques-tu si tu refuses de donner tes empreintes et de te laisser prendre en photo lors d’un contrôle d’identité ou d’une garde à vue ?

Si tu refuses, les flics ne peuvent pas te contraindre mais tu commets alors un délit punissable au maximum de 3 mois d’emprisonnement et 3 750 euros d’amendes.

Q16 : Est-on obligé de donner son code pin de téléphone si des policiers nous le demandent ? Quels sont les risques si l’on refuse ?

Non, on pourra consulter un article publié sur le réseau Mutu à ce sujet, il suffit de garder le silence face à cette question. On est par contre obligé de le faire si une autorité judiciaire le demande par exemple un juge.

Q17 : A quoi servent les garanties de représentation et quand sont-elles utiles ?

Elles servent à éviter des contrôles judiciaires trop stricts et de la détention provisoire quand on refuse la comparution immédiate.

Q18 : Donner quatre exemples de garanties de représentation.

Photocopie d’une pièce d’identité (la plus importante des garanties), attestation d’hébergement ou preuve de domicile (quittance de loyer, facture EDF, etc.) , fiche de paye, contrat de travail, promesse d’embauche, attestation CAF, RSA ou pôle emploi, inscription à une formation, preuve d’une activité culturelle ou associative, témoignage de moralité, etc.

Faites attention à l’attestation d’hébergement. Pour être sûr.e qu’elle soit acceptée, il faut 4 documents : les photocopies des pièces d’identité de la personne qui est herbergée, de celle qui héberge, la feuille signée attestant l’hébergement et une preuve de domicile de la personne qui héberge (facture d’électricité, d’eau, quittance de loyer, etc.).

Q19 : Si ton portable est avec toi et que tu es interpellé.e, à quelles informations auront accès les forces de l’ordre ? Y a-t-il des choses dangereuses dedans ?

Les flics ont les moyens techniques de prendre tout le contenu d’un téléphone. Cela inclue tout les historiques de vos applications (Signal, application de navigation GPS, etc.), vos SMS, vos photos avec heure et lieu de prise de photos, etc.

Q20 : Si les forces de l’ordre vous demandent votre ADN et que vous refusez, que risquez vous ?

La peine maximale est de un an de prison et 15000 euros d’amende. Dans les faits, il y a la moitié du temps acquittement si l’on décide de se battre en justice à ce sujet. La France a été condamnée par la Cour Européenne des Droits de l’Homme pour atteinte à la vie privée via le fichage ADN en 2017.

Q21 : Quels sont les risques juridiques d’établir une fausse déclaration d’hébergement ou d’en utiliser une ?

Faire une fausse attestation d’hébergement n’est pas considéré comme un “faux et usage de faux” qui serait puni au maximum de 3 ans de prison et 45 000 euros d’amende. Il s’agit seulement d’une fausse attestation qui est punie au maximum par un an d’emprisonnement et 15 000 euros d’amende pour la personne qui fabrique la fausse attestation ainsi que la personne qui l’utilise.

Q23 : Que risque-t-on en cas de refus de décliner son identité quand les forces de l’ordre nous le demandent ?

Refuser de décliner son identité ne constitue pas un délit mais les forces de l’ordre vous amèneront probablement en vérification d’identité (durée maximale de 4h) et demanderont probablement alors de donner vos empreintes et de vous laisser prendre en photo. Refuser la signalétique est un délit puni d’une peine maximale de 3 mois d’emprisonnement et de 3750 euros d’amende.

Q22 : Quels sont les avantages à ne rien déclarer en garde à vue lors des procès-verbaux d’audition ?

Lors d’une audition de garde à vue, on n’a pas accès aux pièces du dossier par les flics. On va peut-être s’auto-incriminer si l’on parle ou incriminer d’autres personnes. On ne peut pas revenir sur ce qui a été déclaré en garde à vue lors d’un procès ultérieur. Les aveux constituent une pièce majeure d’une procédure judiciaire.

En garde à vue, on n’est pas en état psychologique de préparer une défense judiciaire, il vaut mieux attendre d’avoir rencontré un avocat à tête reposée en ayant consulté le dossier contre soi pour effectuer des déclarations devant un juge. Le droit au silence et à ne pas s’auto-incriminer est fondamental dans la législation francaise : un juge ne vous reprochera pas de n’avoir rien déclaré en garde à vue. Vous pourrez lors de votre procès choisir de répondre aux questions et cela aura peu d’incidence sur votre défense.

Mais attention, ne rien déclarer, c’est répondre à toutes les questions “je n’ai rien à déclarer” ou tout simplement ne rien dire et rester silencieux.se. Répondre “non” à une question c’est déjà déclarer quelque chose. Un exemple : à la question “connaissez vous la personne sur cette photo?”, si vous dites “non”, vous déclarez que vous ne la connaissez pas (et les flics pourront prouver ensuite que vous mentez si vous la connaissez), alors que dire “je n’ai rien à déclarer” vous laisse la possibilité de temporiser, c’est-à-dire de choisir plus tard quelle réponse vous souhaitez donner à cette question.

Q24 : Que risque-t-on si l’on donne une identité imaginaire ou si on usurpe l’identité d’une personne existante ?

Utiliser une identité imaginaire est un délit punissable d’une peine maximale de 7 500 euros d’amende. Usurper une identité d’une personne existante est un délit punissable de cinq ans d’emprisonnement et de 75 000 euros d’amende.

Q25 : Est-ce un délit de ne pas avoir de pièces d’identité sur soi ?

Non, cela ne constitue pas un délit. On peut cependant être amené en procédure de vérification d’identité (durée maximale 4h). Les flics peuvent alors vous demander vos empreintes digitales et d’être pris.e en photo et refuser constitue un délit punissable au maximum de 3 mois d’emprisonnement et 3750 euros d’amende.

Q26 : Comment les flics procèdent-ils pour vérifier si une identité est imaginaire ?

Les flics ont accès aux fichiers des permis de conduire et aux fichiers de police qui se sont constitués lors de procédures policières avant (vérification d’identité, garde à vue, etc.). Ils peuvent essayer de faire de la reconnaissance faciale s’ils ont votre photo dans leurs fichiers ou de recouper les fichiers d’empreinte digitale s’ils ont vos empreintes et que vous acceptez de vous faire prendre en photo ou de donner vos empreintes. Ils peuvent aussi appeler votre mairie de naissance pour vérifier si votre acte de naissance existe. Nous ne connaissons pas l’intégralité des techniques des flics pour vérifier si une identité est imaginaire ou pas et sommes intéressé.es si vous avez des informations à ce sujet. Pour les personnes intéressées, on pourra consulter la brochure La folle envie de tout contrôler par la Caisse de Solidarité de Lyon.

Q27 : Peut-on refuser dans toutes les situations la signalétique, c’est-à-dire les photos et les empreintes ?

Non, les flics peuvent te contraindre à donner tes empreintes et tes photos lorsque tu es mis en détention (qu’elle soit provisoire suite à une comparution immédiate ou une peine de prison ferme).

Pour toutes remarques ou questions concernant ce questionnaire, n’hésitez pas à nous contacter à legal_carnet[at]riseup.net.

Illustration : Photo trouvée dans l’état des lieux de la répression à Bure.

Format pdf des questions et des réponses :

Pistes pour la gestion de conflits à échelle collective

Ce texte raconte un bout de ma vie sur la zone quand j’ai participé à la gestion d’un conflit sur la Zad du Carnet. J’essaye d’y présenter ce que je savais, ce que j’ai fait et comment je l’ai vécu puis d’en tirer des leçons pour l’avenir en analysant mes erreurs et en les assumant publiquement. Ce texte parle de la même histoire que l’article Zad de merde publié sur Indymedia Nantes.

Les conflits existent partout, sur la Zad ou ailleurs car nous sommes toustes construit·es socialement et que la déconstruction face aux oppressions systémiques (sexisme, classisme, transphobie, racisme, etc.) n’est pas facile et accessible à toutes. Dans un collectif comme celui de la Zad, la gestion de ces conflits est importante politiquement afin d’apprendre à construire ensemble une autre façon de vivre. Il s’agit d’un apprentissage jamais terminé.

Dans une histoire comme celle que je vais raconter, chaque personne impliquée a une pièce d’un puzzle. Ce que j’écris là n’est que ma pièce de ce puzzle. Je ne prétends pas qu’il s’agit de la vérité ni des faits objectifs, mais ma vision subjective d’une situation complexe dans une démarche aussi sincère et honnête qu’il m’a été possible de faire. Il me semble important de préciser dès le début de ce texte que je suis un mec cisgenre hétéro, que T est une personne trans et U un mec cisgenre.

Chronologie simplifiée utile pour la lecture du texte

Une chronologie plus détaillée se trouve à la fin.
9 octobre – 7 novembre : diverses altercations entre U et T et tentatives de médiation interpersonnelles par d’autres personnes
Samedi 7 novembre : Soirée où je commence à m’investir et début de mon histoire
7 novembre-16 novembre : Diverses tentatives personnelles pour aider sur le conflit entre U et T
16 novembre-9 décembre : Désinvestissement personnel du conflit et fin

La découverte du conflit entre U et T : soirée du 7 novembre

De mon côté, tout commence lors d’une soirée alcoolisée où 2 personnes en viennent de nombreuses fois quasiment aux mains sur la piste de danse. Je décide alors d’intervenir pour aider une amie, T, à se débarrasser d’un gars relou U. Elle me fait alors part de sa colère et de sa décision ferme de faire expulser U de la Zad du Carnet. J’apprends à ce moment quelques détails de l’histoire entre U et T qui me semblent graves et je lui promets de m’occuper de l’expulsion de U.

Les faits que me communique T et ses demandes (9 novembre)

Le surlendemain, sobre et reposé, nous discutons avec une troisième personne de cette histoire. Nous nous lançons alors dans ce que nous appellerons une procédure de médiation, mot probablement mal choisi. Les faits qui me sont communiqués à ce moment-là sont :

  • Une première altercation la soirée du 7 octobre où U, bourré, s’acharne sans raisons sur T, l’insulte et l’intimide physiquement.
  • Suite à cela, T fait savoir à U qu’elle ne souhaite pas en faire une grosse affaire mais qu’elle ne veut plus aucun contact entre elle et U via une troisième personne de confiance.
  • Ensuite à au moins 4 reprises, cette demande ne sera pas respectée :
    • une fois où U s’assoit à la table de T et insiste plusieurs fois pour qu’iels « s’expliquent » ensemble.
    • une fois où U s’assoit à côté de T en AG et lui demande par 3 fois de discuter après des refus.
    • une fois où U. bourré s’allonge au fond du canapé où T est assise en soirée. T se lève et part de la soirée.
    • l’altercation à la soirée où U se fait expulser de la soirée 3 fois parce qu’il danse près de T de manière relou (contacts physiques, etc.).
  • ce que je considérais alors comme un détail sur lequel je ne suis revenu que bien plus tard, T me parle de regards insistants de la part de U dès qu’iels sont au même endroit.
  • à chacune de ces occasions, T demande à une nouvelle personne de confiance de parler à U pour réexprimer sa demande ferme que U ne l’approche pas

Aujourd’hui, je qualifie ces faits de harcèlement à caractère transphobe avec multiples intimidations physiques dont des contacts physiques non consentis. A l’époque où ces faits me sont communiqués, je parle de dépassements de limites posées clairement à multiples reprises mais je considère les faits pris séparément comme légers pour la plupart, à part pour l’histoire du canapé. Le détail des regards me semble extrêmement significatif aujourd’hui pour appuyer l’existence du harcèlement.

Pour T, l’affaire est close : de nombreuses médiations ont eu lieu et n’ont rien donné. La répétition montre qu’une prochaine médiation sera tout aussi inefficace et il n’y a pas d’autres sorties possibles que l’expulsion de U. Elle ne veut plus entendre parler de cette histoire et demande juste l’expulsion.

Rencontre avec l’ancienne équipe de médiation (10 novembre)

Suite à cela, nous décidons avec l’autre médiatrice de rencontrer l’ancienne équipe de médiation, c’est-à-dire tout les gens qui ont déjà une fois parlé à U de la part de T, c’est-à-dire 5 personnes pour leur demander leurs versions et leurs avis.

Il est important de préciser que moi, T et quasiment toute l’ancienne équipe de médiation font partie d’un groupe affinitaire assez proche à ce moment.

Ce groupe, sans T, est majoritairement opposé aux expulsions sur une Zad pour des raisons politiques. Nous souhaitons développer notre autonomie y compris dans la gestion de crises et renvoyer quelqu’un de la zone peut être considéré comme un aveu d’échec de notre volonté d’autonomie et comme un acte violent. D’autre part, il nous semble dangereux de n’accepter sur zone que des personnes ayant déjà réfléchi aux questions d’oppressions systémiques sans laisser le temps dont iels ont besoin pour se rendre compte des oppressions qu’iels font subir. Il me semble aujourd’hui que cet idéal politique où l’on arrive à gérer en autonomie les problèmes sur Zad est inatteignable en pratique mais intéressant à avoir comme ligne d’horizon.

Quand je rencontre les membres de cet ancien groupe de médiation, iels me disent :

  • qu’il n’y a encore eu aucune démarche collective mais seulement des initiatives interpersonnelles sur cette histoire,
  • qu’il est donc trop tôt pour valider une expulsion de leur point de vue,
  • que leurs interventions n’étaient probablement pas à la hauteur de l’enjeu et n’ont pas été faites suffisamment sérieuement. On me parle même d’une fois où un médiateur oublie de parler à U de la demande de T.

Il est important de noter à ce moment que dans toutes nos têtes, nous pensions à une expulsion récente de la Zad qui avait créé un trauma collectif et que cela serait dangereux de répéter ce trauma.

Iels me proposent alors de lancer une démarche collective à propos de U pour lui faire rentrer dans la tête que, là, la situation est extrêmement grave et lui proposer une dernière chance de changer, de respecter les demandes de T, d’arrêter de boire. Il est clair dans l’esprit de tout le monde que d’autres personnes sur la Zad pourraient décider d’une expulsion et l’effectuer.

Un ancien membre de la médiation affirme même à T, sur une initiative personnelle, qu’il s’opposerait à une expulsion non décidée collectivement alors que le but de leur discussion était qu’il présente ses excuses pour ne pas avoir pris assez au sérieux la situation.

Première réunion d’écoute de U (11 novembre)

Nous mettons en place cette médiation de la dernière chance pour U en deux temps : mercredi et jeudi (voir le récapitulatif des dates). Le mercredi nous nous réunissons à 9 avec U et nous exposons les faits et écoutons U de manière calme et posée pour lui laisser le temps de s’exprimer. Il nous dit à ce moment que :

  • cette histoire le travaillait depuis la 1ère fois et qu’il n’arrivait pas à passer à autre chose d’où les demandes répétées de contact,
  • qu’il avait depuis plusieurs années un problème avec l’alcool sur lequel il essaye de travailler,
  • qu’il ne se reconnaissait pas dans les faits commis et acceptait leur gravité et reconnaissait ses erreurs,
  • qu’il était dans une phase de transition dans sa vie et que la vie sur Zad lui faisait beaucoup de bien.

Deuxième réunion avec U : décision de U de s’exiler pendant une semaine (12 novembre)

Lors de la deuxième réunion, à 8 sans la nouvelle médiatrice qui n’est pas venue car le lieu de la réunion a été changé au dernier moment, nous avons décidé d’être beaucoup plus incisifs. J’ai appris récemment que la réunion avait changé de lieu car U ne s’était pas réveillé ce matin-là et que nous avons du aller à sa tente pour le réveiller et le trouver…

Nous lui expliquons que les faits sont extrêmement graves, que l’excuse de l’alcool est très loin d’être suffisante vu le nombre de fois où il s’est approché sobre de T, que l’expulsion est toujours possible et que l’évolution de la situation est urgente s’il veut s’en sortir sans expulsion. Il accepte ce qu’on lui dit et fait profil bas lors de cette réunion en restant dans un registre d’auto-culpabilisation. Il accepte d’aller pendant au moins une semaine s’isoler dans un lieu excentré de la Zad pour lire des brochures, réfléchir à ce qu’il a fait et écrire une lettre d’excuses à T qu’il nous confierait pour qu’on vérifie la sincérité de sa démarche.

Des personnes présentes à la réunion se proposent pour parler avec U de problèmes liés à l’alcool, de l’aider à écrire la lettre et de discuter avec lui pendant cette semaine. Il ne demandera pas d’aide à ces personnes sur ces questions.

J’apprendrai beaucoup plus tard que tout de suite à cette réunion, où j’ai porté le message le plus dur, il parle avec quelqu’une d’autre de présente et lui dit que j’ai légèrement abusé alors qu’il n’a jamais exprimé cela lors de la réunion. Ce n’est que le début de sa malhonnêteté et de son foutage de gueule.

12-13 novembre : discussion avec T et lettre à T

Le lendemain soir, nous discutons bien bourré·es avec T à deux. Le hasard fait que nous parlons de la médiation que j’ai entreprise avec U pendant bien deux heures. T me défonce alors en parlant de « médiation de merde » et qu’elle ne s’organisera plus jamais avec moi sur des questions féministes et que notre groupe affinitaire l’a trahie. Elle me dit qu’elle organisera l’expulsion de U en passant via un groupe en mixité choisie (sans mecs cis) J’essaye d’expliquer mes choix dans cette histoire, ce que je fais mal car j’avais de toute façon commis déjà beaucoup d’erreurs à ce stade.

Le lendemain matin, j’écris une lettre à T que je lui confie vers midi. Elle me dira plus tard qu’elle ne l’a pas lue et qu’elle ne la lira pas. Cette lettre avait été rédigée dans une démarche similaire à celle de ce texte.

13/11-07/12 : désinvestissement personnel du conflit entre U et T et non respect par U de ses promesses

Je prends ensuite une pause de deux jours car cette histoire m’a épuisé émotionnellement et que je n’en peux plus.

Je reviens le lundi 16 novembre en essayant de recapter des médiateur·ices pour faire le point. La personne extérieure avec qui j’avais commencé la médiation de la dernière chance me dit alors que T a décidé de régler ça en mixité choisie. Je suis alors bien content de me décharger mentalement de cette histoire et je me désinvestis totalement à partir de ce moment.

Je croise U plus tard qui me demande s’il peut retourner sur zone. Intérieurement, je m’énerve face à cette demande que je considère comme irrespectueuse car la semaine n’est même pas écoulée et je lui dis de faire ce qu’il voulait, qu’il prend ses propres décisions et que je ne veux plus trop entendre parler de cette histoire.

Un jour après, soit 3-4 jours après la promesse de U de s’exiler, je le vois sur zone s’amuser avec ses potes. Je ne pète pas un plomb sur le moment mais je bouillonne et je vais à un autre lieu de vie pour exprimer ma colère et prendre une décision collective de l’engueuler. La personne que je croise à ce moment, un ancien médiateur, me dit alors avoir vécu les mêmes émotions et qu’il a décidé avec un autre de laisser U tranquille, qu’on n’est pas des flics et que l’expulsion est maintenant inévitable et qu’on va le laisser assumer ses merdes. Je me range à ses arguments et ne fais rien.

Suite à cela, toute l’ancienne équipe de médiation se désintéresse de cette histoire et laisse pourrir la situation. Cela arrange le groupe de faire la politique de l’autruche pour plusieurs raisons : d’une part l’opposition politique aux expulsions fait que nous préférons ne pas l’organiser et laisser d’autres le faire, d’autre part nous avons besoin de repos.

Personnellement, j’ai du mal à ne plus penser à cette histoire et je communique à plusieurs personnes mon opinion sur le fait que cela reste une bombe à retardement qui va nous exploser à la gueule. L’histoire traîne sans actions que je vois et je me dis même que j’ai du me tromper vu que rien ne bouge.

Le texte de T sur Indymedia Nantes le 7 décembre et l’expulsion de U

Puis tout explose avec un texte de T publié sur Indymedia Nantes. Ce n’est qu’à partir de ce moment-là que je comprends un peu mieux mes erreurs et mes merdes ainsi que les erreurs de l’ancienne équipe de médiation. Je traverse alors des phases de tristesse et de colère envers mon groupe affinitaire qui m’a souvent mis des bâtons dans les roues pour prendre au sérieux la situation.

Au final, U est expulsé lors d’une réunion extraordinaire. Je n’arrive pas à aller à cette réunion, j’hésite longtemps à lui dire toute ma haine et ma colère pour son foutage de gueule, son harcèlement de T, et son irrespect de l’énergie collective mise pour le soutenir. Je pense à le faire soit de manière interpersonnelle soit pendant la réunion extraordinaire et finalement, je n’arrive pas à trouver l’énergie.

Erreurs et améliorations possibles pour de futures gestions de conflits

Personnellement, je considère que les regrets et l’auto-culpabilisation ne sont pas des réactions saines et n’amènent rien de positif. Difficile pourtant de les éviter. Je vais essayer maintenant d’analyser où je pense avoir commis des erreurs et comment je vois des améliorations possibles collectives et personnelles.

Liste de quelques erreurs commises personnellement ou collectivement

  1. Ne pas avoir lancé de démarches collectives plus tôt et sous-estimé la gravité des faits.
  2. N’avoir compris que trop tard la gravité des faits de harcèlement et n’avoir parlé que de dépassements de limites.
  3. Ne pas avoir bien inclus de personnes hors du groupe affinitaire lors de la médiation de la dernière chance.
  4. Avoir lâché totalement l’affaire en cours de route sans organiser de relais. Cela a laissé la situation pourrir et forcer T à prendre encore une fois de son énergie pour écrire son texte afin qu’on prenne collectivement en charge la situation grave qu’elle vivait et qui la déprimait énormément.
  5. Ne pas avoir annoncé publiquement l’existence de cette histoire et des initiatives qui ont été prises et par qui.
  6. Avoir promis à T une expulsion en laquelle je n’étais pas complètement convaincu et avoir trahi ma parole.
  7. Avoir accepté trop facilement de me décharger de cette affaire en me reposant complètement sur l’énergie de la victime pour relancer une procédure d’expulsion alors qu’elle était déjà épuisée mentalement par la situation et qu’elle n’était probablement plus en capacité de le faire.

Est-ce que c’était une erreur de ne pas organiser l’expulsion directement après l’avoir promis ? Pour moi, l’erreur principale à ce moment est de ne pas comprendre suffisamment la réalité du harcèlement et la violence que T subit. Je n’arrive pas alors à convaincre les personnes qui me disent qu’on ne peut pas expulser U pour juste s’être assis plusieurs fois à côté de T. Intérieurement, je ne suis pas convaincu du bien-fondé de l’expulsion même si je pense politiquement qu’elle est nécessaire. Cette non-conviction intérieure m’aura empêché personnellement d’agir suffisamment efficacement sur cette histoire et aura fait que je vais la laisser pourrir et que je me laisse convaincre facilement par d’autres personnes de moins agir.

Améliorations possibles pour l’avenir :

  1. Annoncer publiquement l’existence d’une médiation entre personnes et qui s’en charge permet d’une part de préparer le terrain en cas de complications (éviter l’effet de surprise de découvrir d’un coup un truc énorme) et d’éviter plein d’initiatives personnelles qui ne se coordonnent pas entre elles.
  2.  Surveiller son état physique et mental pour arrêter à temps c’est-à-dire avec suffisamment d’énergie pour trouver du relais et l’organiser proprement.
  3. Discuter longtemps des faits et réfléchir collectivement avec des regards extérieurs, en dehors d’un groupe affinitaire, pour bien saisir les enjeux de la situation. Dans le groupe affinitaire où j’étais, nous avons minimisé la violence subie par T.
  4. Mieux soutenir la victime. T ne voulait plus entendre, avec raison, parler de cette histoire et elle s’est retrouvée sans soutien en dehors de petits groupes affinitaires en qui elle s’était confiée.
  5. Mettre en place un groupe de soutien uniquement pour les personnes se trouvant au milieu de conflits interpersonnels. Cette position est particulièrement éprouvante car l’on doit écouter les deux versions et se retrouver déchiré.es entre des intérêts contraires tout en prenant des décisions difficiles pour trouver comment avancer. Ce groupe de soutien pourrait aussi servir de relais en cas de crise.
  6. Mieux apprendre l’histoire personnelle de l’agresseur pour réfléchir à des propositions adaptées à son parcours de vie. Finalement, je n’ai jamais su qui était U et son parcours et peut-être que nos tentatives de le raisonner et de le faire arrêter son harcèlement ont échoué à cause de ça.

Toutes mes excuses à toi, T. pour avoir merdé dans cette histoire. Je suis sincèrement désolé de n’avoir compris que beaucoup trop tard la violence de ton harcèlement et que nos erreurs collectives et individuelles t’aient autant fait souffrir.

Un zadiste

Illustration extraite de la brochure À la conquête d’Hétéroland.

PS : Je tiens à écrire un petit texte sur la raison pour laquelle je n’utilise pas les mêmes mots que T, c’est-à-dire agression sexuelle et1 transphobe, pour décrire la situation. C’est une discussion qui est revenue souvent sur zone lors de décisions d’expulsions où des personnes choisissaient de protéger la victime en ne parlant pas des faits mais en utilisant uniquement les mots de la victime pour décrire la situation.

Je considère que le pouvoir de nommer les choses avec ses propres mots est extrêmement puissant et qu’on ne peut pas le retirer aux gens sans les dominer intellectuellement. En utilisant des mots différents que T., je ne nie pas qu’elle ressente avoir subi cela, j’utilise juste mes mots pour mieux appréhender l’histoire et réfléchir. Si j’utilisais ses mots sans connaître les faits, je ne pourrais pas réfléchir réellement à l’histoire car l’on m’aura coupé dans la phase initiale d’une réflexion, c’est-à-dire le fait de nommer moi-même ce qu’on me dit. Pour moi, demander un avis à quelqu’un en lui demandant de reprendre les mêmes mots que la victime et sans lui donner les faits, c’est demander une parodie d’avis et lui faire perdre du temps pour approuver quelque chose de décidé d’avance par le choix des mots que l’on a posé.

1: une erreur factuelle importante était dans la première version de ce texte. T n’a jamais parlé d’agression sexuelle pour désigner ce qu’elle a subi.

PPS : Chronologie personnelle détaillée de l’histoire entre U et T

9 octobre : Première altercation entre U et T
9 octobre – 7 novembre : diverses altercations entre U et T et tentatives de médiation interpersonnelles
Samedi 7 novembre : Soirée où je commence à m’investir dans l’histoire
Lundi 9 novembre : Discussion avec T
Mardi 10 novembre : Discussions avec les ancien.nes médiateur.ices
Mercredi 11 novembre : Première réunion d’écoute avec U
Jeudi 12 novembre : Deuxième réunion avec U
Jeudi 12 novembre nuit : Discussion bourré avec T
Vendredi 13 novembre matin : Ecriture de la lettre à T remise le même jour à midi
Samedi 14-Dimanche 15 novembre : Pause repos de mon côté
Lundi 16 novembre : Dernière tentative d’investissement sur cette histoire
16 novembre – 2 décembre : Désinvestissement de cette question
2 décembre : Texte de T sur Indymedia Nantes
6 décembre : réunion extraordinaire qui décide de l’expulsion avec suivi de U
9 décembre : Départ de U

Personne recherchée

L’anonymat nous protège toustes (relativement)

L’anonymat, pourquoi est-ce si important pour moi, et pour les autres ? Face à l’offensive généralisée du gouvernement contre l’opposition politique et les récents décrets généralisant la surveillance des militant·es, il est plus que jamais nécessaire de rappeler quelques fondamentaux en matière de sécurité.

L’idée de ce texte nous est venue suite à plusieurs événements qui ont révélé une certaine méconnaissance de la culture de sécurité. Il y a quelques mois avait lieu un événement public sur la ZAD du Carnet, au cours duquel de nombreuses personnes extérieures étaient venues aider pour les chantiers, ou simplement pour visiter les lieux. C’est à la fin du weekend qu’une copaine découvrit avec stupeur qu’une personne, non étrangère à la ZAD et ses codes, paradait sur les réseaux sociaux en affichant clairement son visage, son nom et le lieu dans lequel elle se trouvait. Contactée par la suite, elle justifia son geste par le fait qu’elle ne mettait personne d’autre en danger qu’elle. Il y a quelques semaines, une camarade nous fit part de son désir de laisser tomber son identité fictive au profit de son identit
é réelle. La semaine dernière on découvrait les papiers d’une copaine, en évidence dans un lieu collectif très fréquenté de la ZAD. L’intéressée avait disparue et n’était pas joignable. Les anecdotes de ce genre ne manquent pas. On ne le répétera jamais assez : l’anonymat, c’est important. Pour soi, et pour les autres. Tentons ici d’expliquer pourquoi.

Tout d’abord, coupons court au discours qui persécute l’anonymat et encourage à clamer haut et bien fort son identité. Ce discours est habituellement tenu par les chef·fes, politicien·nes et personnalités médiatiques. En bref, les personnes de pouvoir qui ne connaissent que de très loin la répression et les risques qu’encourent les opposantes politiques. Parler et agir publiquement, sans couverture, est un privilège. On peut très bien appartenir à la classe dominante et faire jouer ce privilège en faveur de la lutte, mais ayons conscience que beaucoup n’ont pas cette chance. Les mouvements de désobéissance civile le savent bien et usent de ce privilège à des fins stratégiques. Il n’y a aucune vision stratégique dans le fait de laisser traîner ces affaires ou de faire le kéké sur Instagram.

Pour la grande majorité des opposant·es politiques, agir sans couverture est un danger. Dans cet excellent article la Quadrature du Net revient sur les trois derniers décrets en matière de « sécurité publique » et leurs implications pour les militant·es. Pour résumer grossièrement, le fichage des opposant·es politique est étendu et automatisé. Un·e militant·e aura droit à sa fiche si on peut prouver des liens avec des « groupements », comme les ZAD ou les manifestations, quand bien même iel n’aurait rien fait d’illégal. Ce fichage pourra être automatiquement complété par les informations trouvées sur les réseaux sociaux ou des prises de vue aérienne par drone. Dorénavant, un simple passeport qui traîne et vous voilà aussitôt dans les fichiers de renseignement de la gendarmerie. En effet, nous avons de fortes chances de penser que des indicateurs nous côtoient quotidiennement pour informer les services de renseignements.

Vous n’avez rien à cacher ? Pour vous convaincre du contraire, n’hésitez pas à visionner l’excellent TED talk de Glenn Greenwald sur l’importance de la vie privée. Sachez que même si vous êtes irréprochable aux yeux de l’État aujourd’hui, cela pourrait vous retomber dessus à l’avenir. On retiendra le célèbre adage : « être contre la vie privée sous prétexte qu’on n’a rien à cacher a autant de sens qu’être contre la liberté d’expression sous prétexte qu’on a rien à dire ». En outre, sachez que votre posture morale ne vous protégera pas. L’État vous traquera, non pas parce que vous êtes une mauvaise personne, mais parce que vous menacez ses intérêts.

Enfin, se moquer éperdument de l’anonymat est une démarche égoïste qui fait peser un risque non négligeable sur le collectif. En révélant publiquement votre identité, vous vous transformez en cible pour d’éventuels indics. En effet, le dernier décret relatif à la prévention des atteintes à la sécurité publique autorise le fichage de personnes appartenant à l’entourage de la personne ciblée. Se faisant vous vous mettez en danger, mais vous mettez également en danger votre entourage (famille, copaines militantes, etc.). L’anonymat est garant d’une sécurité relative, qui permet de se faire confiance mutuellement et de ne pas tomber dans un climat de paranoïa généralisée.

En résumé, range tes papiers, garde-les sur toi ou trouve-toi une planque, utilise un blase et n’agit publiquement à visage découvert que dans le cadre d’une stratégie collective.

Personne n’est parfait, et commet des erreurs. La sécurité et l’anonymat ne sont jamais acquis, et jamais atteints. C’est un effort, un horizon. L’anonymat ne suffit pas mais il est nécessaire. C’est en le respectant du mieux qu’on peut que l’on minimisera les risques de surveillance et de répression. Si tu ne le fais pas pour toi (mais tu devrais, vraiment), fais-le pour les autres.