Archives de catégorie : Nouvelles

Créons des collectifs de soutien à la ZAD du Carnet partout !

Le Carnet kézako ?

Depuis le 31 Août 2020 la ZAD du Carnet s’est implantée sur l’estuaire de la Loire pour défendre une zone naturelle menacée de bétonnisation. Le Grand Port de Saint Nazaire prévoit l’industrialisation d’une centaine d’hectares débordants de biodiversité, 116 espèces protégées y trouvent refuge. Les travaux auraient dû commencer début septembre, ils ont été stoppé par l’implantation de la ZAD. Désormais les travaux sont reportés d’un an. La lutte porte ses fruits. Malheureusement les élus locaux ne voient pas les choses de la même manière, après avoir fait pression sur la préfecture ils ont obtenu gain de cause : la ZAD est maintenant expulsable. Une fois les cabanes détruites, le système capitaliste reprendra immédiatement son cours mortifère ici au Carnet : les premiers travaux de destruction des habitats naturels pouvant être menés dès aujourd’hui. Face à ça les habitant·es du Carnet ne peuvent rester seul·es.

C’est quoi un collectif de soutien ?

Des personnes loin ou pas loin, de nulle part et de partout, déjà réunis en collectif pour d’autres causes ou non, qui ont envie d’apporter leur soutien à la Zad du Carnet. Un collectif c’est aussi des ami·es qui se rassemblent, de nouvelles organisations peuvent fleurir !

Pourquoi un collectif de soutien ?

Parce que c’est super encourageant, parce que ça procure de la joie, renforce le courage des habitant·es, fait grandir notre puissance collective. Parce qu’une lutte locale a besoin de contacts extérieurs pour ne pas se renfermer sur elle-même : le collectif de soutien élargit notre mobilisation et sa visibilité.

Face au traitement médiatique dominant qui nous instrumentalise, utilisons nos interdépendances, nos liens afin de créer des chemins de traverses pour diffuser une information que l’on vit.

En cas d’expulsion les collectifs pourront organiser des actions partout là où ils sont pour disperser les forces de la répression, après expulsion ils pourront continuer à faire vivre la lutte sous diverses formes. En dehors de ces temps les collectifs peuvent faire de multiples choses et prendre part à la vie de la ZAD (voir liste ci-dessous).

En ces temps de gestion autoritaire de la crise sanitaire restons déter, il y a toujours des choses à inventer collectivement ! Une fois rassemblé-es en collectif n’hésitez pas à nous faire signe pour se mettre en lien et en contact avec les autres collectifs.

Comment nous soutenir ? Liste non exhaustive d’idées :

INFORMATION

s’informer c’est déjà résister

relayer les informations, diffuser, c’est participer à la culture de résistance

VISIBILISER

faire des banderoles

coller des affiches

en parler autour de toi

distribuer des tracts

ORGANISER

des manifestions ou diverses événements

des covoiturages

des soirées de soutien

LIENS

envoyer des lettres d’amour, dessins, recettes de cuisine, tracts divers… à notre adresse :
La Zad du Carnet
Lieu-dit La guitoune 44320 Frossay
site internet : zadducarnet.org
adresse mail : zadducarnet@riseup.net

VENIR NOUS RENCONTRER

Le 6 et 7 mars est organisé un week-end anti-carcéral à la ZAD du Carnet ! Durant ce week-end une manifestation de soutien à la ZAD aura lieu : le Carnazad ! Venez déguisé·es, coloré·es, et rempli·es d’énergie ! (RDV au jardin étoilé à 14h, Paimboeuf) Nous pourrons profiter de l’occasion pour discuter de potentiel création de collectifs de soutien.

CARNA’ZAD à Paimboeuf

V’la bientôt le printemps !!!

CARNA’ZAD À PAIMBOEUF
Samedi 6 mars – 14h au Jardin Étoilé

Ça va swinguer, ça va chanter, ça va guincher!
Pour le carnet libre et sauvage
Pour stopper les projets destructeurs

Stop à la grisaille du béton
Stop au carnage au carnet
Sauvons les zones humides, sauvons la faune et la flore
Venez manifester votre opposition aux crimes écocidaires
Venez tous soutenir la ZAD,
L’ultime rempart contre la voracité des élus et du Grand Port
Non à son expulsion
Assez de greenwashing, assez de mensonges.

Avec vous, tous ensemble, nous sommes la Loire qui se défend !

On est menacé d’expulsion depuis début février, mais on est toujours là déters comme jaja*.

Depuis 6 mois on protège et défend cette cette île attachante dans toute notre diversité et…ON VEUT FÊTER ÇA !

On a connu l’été, l’automne, l’hiver et on a hâte du printemps.

Notre installation a déjà remis en cause la pertinence du projet et fait reculer le grand port, autrefois négrier, aujourd’hui libéral mais toujours colonial.

Elle a permis à des personnes d’horizons différents de se rencontrer, de partager des modes de vie collectifs, de s’entêter à chercher à tâtons des façons de s’épanouir pleinement. Mais dans notre entêtement a chercher à tâtons, c’est étonnant, nous n’avons pas encore fait de manifestations.

Mais la sève remonte et un bourgeon de manif apparaît. On raconte qu’il fleurira le 6 mars prochain.

Venez colorer ses pétales au CARNAZAD !

Ramène tes caissons, ton déguisement, ton masque et si t’habites loin: prends ta tente et rejoins la résistance !

* Déterminé·e·s comme jamais

Manifestation contre une ferme usine à Saint-Gildas-des-bois (44) – Samedi 27 février

Nos copaines de l’autre côté de la Loire se battent contre un nouveau projet pourri de ferme usine, rejoignez les !


Une exploitation agricole de la commune a déposé un dossier en Préfecture pour augmenter son troupeau de 1500 porcins à 3000.

UN COLLECTIF DE CITOYENS S’OPPOSE A CE PROJET dont les nuisances sont multiples.
– Maltraitance animale
– Hausse du trafic routier
– Epandage intensif de fumier (750 tonnes) et lisier (3900m3) sur
400 ha
– Risque de pollution des cours d’eau
– Risque lié aux algues vertes
– Impact sur l’environnement et notre santé

COCHONS CONFINES = VIRUS LIBERES

A l’heure où l’on parle du monde de “demain” et d’un changement de société indispensable pour une agriculture plus saine et plus respectueuse, ce projet est une aberration.

REJOIGNEZ-NOUS NOMBREUX
SAMEDI 27 FEVRIER A 14H DEVANT LA MAIRIE DE ST GILDAS DES BOIS

Nous souhaitons manifester notre désaccord de façon conviviale et festive.

Des mensonges de la justice pour justifier l’expulsion de la ZAD

Une ordonnance a été émise par le tribunal de Saint-Nazaire le 12 février 2021 ordonnant l’expulsion de la route départementale D177.

L’ordonnance d’expulsion est justifiée par le fait que l’on bloque le passage des riverains

L’argument principal sur lequel repose cette ordonnance est que « par l’occupation illégale qui en est faite, la route départementale 177 est rendue impropre à son usage de desserte (hameaux situés à proximité immédiate, liaison entre les communes de Frossay et Paimboeuf, deux circuits de ramassage scolaire : car n°74 pour l’école publique de Saint-Viaud et car n°73 pour le collège de Paimboeuf) et présente un risque avéré tant pour la sécurité des riverains et des usagers ».

C’est faux !

Nous bloquons un accès qui était déjà bloqué par un portail. Nous n’entravons pas le passage des riverains ou des cars scolaires.

Nous occupons la portion de la RD177 qui est indiquée sur ce plan. Cette portion est en amont du portail du Grand Port de Nantes Saint-Nazaire qui bloquait déjà l’accès à l’île du Carnet.

Nous n’avons jamais bloqué l’intersection précédente. Quelques chicanes ont été installées sur la portion précédente afin d’éviter l’arrivée de véhicules à toute vitesse, mais elles ne bloquent en aucun cas le passage. Les riverains ont et continuent d’emprunter cette route quotidiennement.

Les cars de ramassage scolaire également ont toujours et continuent d’emprunter cette route quotidiennement. Un jour, une chicane a été agrandie, rendant plus difficile le passage d’un car de ramassage. Le passage a été rétabli dans les 15 minutes suivantes.

Notre objectif est de préserver le site du Carnet. Pour ce faire, nous bloquons l’entrée de l’île, mais nous n’avons pas besoin de bloquer le croisement complet. Nous n’entravons donc aucunement le passage pour les riverains et les cars scolaires. L’argument sur lequel repose cette ordonnance est totalement fallacieux.


Nous en profitons pour signifier que la justice n’est pas la première à mentir pour protéger des intérêts politiques et médiatiques. Le collectif Stop Carnet a récemment publié un article rescencent les mensonges parus récemment dans la presse concernant la zad.

Situation juridique de la ZAD (pour faire le point légal lié aux expulsions)

mis à jour le 18/02/21

La ZAD du Carnet s’est implantée le 31 août sur l’ancienne île du Carnet.
Elle se trouve jurdiquement sur deux type de propriétés :

  • en rouge : les terrains qui appartiennent au Grand Port de Saint Nazaire et/ou à l’État et gérées par le Grand Port de Nantes Saint-Nazaire
  • en jaune : la D177 appartenant au département
Carte schématique de la zone

Trois affaires sont en cours actuellement pour demander l’expulsion de la ZAD :

  • la première est une procédure lancée par les maires de Frossay et Saint-Viaud (les deux communes sur lesquelles est implantée la ZAD) ainsi que par le gérant de la société les Portes de l’Atlantique (le port à sec qui se trouve juste à côté de la ZAD). Les maires ont demandé au préfet d’évacuer la zone en septembre. Devant l’absence de réponse de l’État, ils ont lancé une procédure en référé au tribunal administratif de Nantes pour demander à l’État d’intervenir. L’audience a eu lieu le 4 février 2021. Le rendu de l’audience devait être rendu sous 10 jours. Contactée le 16 février pour avoir des nouvelles, la greffière du tribunal des référés nous a indiqué que « pour des raisons personnelles, le magistrat s’occupant de l’affaire n’est pas présent actuellement et que le rendu ne sera pas donné avant la semaine prochaine ».
  • la seconde procédure est celle lancée par le Grand Port de Saint-Nazaire. Il a demandé un constat d’huissier sur l’occupation du site qui a été faite le 23 janvier 2021.
    Un huissier est venu aux deux entrées de la zone le 10 février pour délivrer une ordonnance du tribunal judiciaire de Saint-Nazaire qui ordonne l’expulsion des occupants des parcelles appartenant ou gérées par le grand port (les parcelles de l’île du Carnet)
  • la troisième procédure est lancée par le département pour l’évacuation de la route départementale. Le constat d’huissier a été fait le 10 février 2021. Aujourd’hui, le 16 février 2021, un huissier est venu à l’entrée principale de la ZAD accompagné d’une quarantaine de gendarmes mobiles pour remettre l’ordonnance d’évacuation de la route départementale D177.

Pour conclure, depuis le 10 février les terrains appartenant au Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire sont expulsables et depuis aujourd’hui 16 février l’intégralité de la zone est expulsable.

Informations utiles pour défendre la Zad face à l’expulsion

1. Où se trouve la zone, comment venir

Vous pouvez venir en bus, en vélo depuis Nantes ou Saint-Nazaire ainsi qu’en voiture. Les informations complètes pour ces différents moyens de transport se trouvent sur la page Comment venir de notre site Internet.

Il y a possibilité de trouver des covoiturages pour la Zad du Carnet depuis Nantes ou Saint-Nazaire.

Depuis Nantes, des départs réguliers de covoiturage vers la Zad du Carnet partent de la maison du peuple de Nantes (17 rue du Chapeau Rouge 44000 Nantes en face du parking Graslin). Si vous ne trouvez pas de place pour vous rendre à la Zad, il est possible de dormir sur place à la maison du peuple (prévenez à l’avance pour la présence de chiens).

2. Que ramener ?

Vous pouvez ramener par exemple :

  • de la nourriture à partager (même si l’on en a actuellement suffisamment sur place),
  • de quoi être autonome en couchage (si cela n’est pas possible, il y a de la place dans des dortoirs collectifs de la zone),
  • des matériaux de construction et des outils pour renforcer les barricades,
  • du matériel médical,
  • des bottes, frontales et masques,
  • des vêtements et chaussures supplémentaires,
  • ce qui vous semblerait utile à avoir sur vous le jour d’une expulsion en plusieurs exemplaires si vous voulez partager avec d’autres personnes,
  • des ami.es pour ramener plus de monde !

Pour plus d’idées, vous pouvez consulter notre liste de besoins.

3. Conseils juridiques

Avant de venir

  • vérifiez le contenu de vos poches (un couteau peut être considéré comme une arme) et de votre téléphone (photos, conversations, mails, historiques GPS),
  • si vous ne pensez ne pas en avoir l’utilité, ne prenez pas votre téléphone personnel,
  • réfléchissez si vous avez envie d’avoir vos papiers d’identité sur vous ou pas,
  • apprenez par coeur le numéro d’un.e proche qui a accès à des papiers vous concernant qui pourraient servir de garanties de représentation (carte d’identité, attestation d’hébergement, contrat de travail, attestation pôle emploi, RSA, etc.). Prévenez ce proche et demandez lui d’appeler le numéro suivant (07 58 76 62 18) s’iel apprend que vous êtes en garde à vue.
  • apprenez par coeur le numéro à appeler si vous êtes témoin d’une interpellation : 07 58 76 62 18
  • apprenez par coeur le nom d’avocats travaillant avec la legal team du Carnet : Marteret au barreau de Saint-Naire, Vallee au barreau de Nantes.
  • préparez vous un sac pour le jour J (vêtements, eau, nourriture, etc.),
  • regardez une carte de la zone ainsi que de ses environs pour préparer votre arrivée.

Sur place

  • si vous arrivez seul.e sur place, cherchez un.e binôme pour vous organiser ensemble,
  • repérez les lieux une fois sur place,
  • ne paniquez pas quand vous voyez les gendarmes,
  • si vous êtes témoin d’une interpellation, appelez le numéro 07 58 76 62 18 et donnez la description physique de la personne interpellée ainsi que l’heure de l’interpellation.

Pour aller plus loin,

  • venez vous organiser sur place en amont afin de rencontrer les gens et vous familiariser avec le lieu et choisir ce que vous ferez en cas d’expulsion,
  • consultez la brochure prêt.es à défendre la Zad écrite à propos d’une expulsion de la Zad de Notre-Dame-des-Landes avec plein de conseils valides aussi dans le cas de l’expulsion de la Zad du Carnet,
  • consultez les informations juridiques de notre legal team.

4. Comment nous aider sur place

Cette liste n’est présente qu’à titre d’exemples. Vous trouverez plein d’autres idées en venant sur place et en observant ce qui semble manquer. Vous pouvez aussi demander aux personnes sur place les priorités actuelles.

  • Faire des vigies,
  • Faire la cuisine,
  • Renforcer les barricades,
  • Prendre des initiatives et proposer de relayer des personnes.

5. Comment nous aider à distance

Cette liste n’est présente qu’à titre d’exemples. Toute initiative est bonne à prendre.

  • Vous tenir informé.es sur ce qu’il se passe à la Zad du Carnet par exemple
    1. en consultant notre site Web ou
    2. en rejoignant un fil info Signal pour recevoir les infos urgentes par message : envoyez « hello » au numéro à partir de l’application mobile Signal : + 1 25 12 92 15 43 ou
  • Relayer notre communication afin qu’un maximum de personnes soient prêtes à nous soutenir et au courant de l’expulsion prochaine de la Zad du Carnet.
  • organiser des manifs, événements de soutien et action diverses près de chez vous. Si vous en avez près de chez vous, vous pouvez vous mettre en lien avec les groupes de soutien locaux.
  • Organiser des covoiturages vers la Zad du Carnet depuis là où vous êtes

6. Que faire le jour de l’expulsion

Nous ne pouvons pas vous donner de conseils précis sur le site. C’est à vous de choisir ce que vous souhaitez faire pour défendre la Zad du Carnet. Des personnes avec des tactiques variées sont présentes sur zone, vous devrier trouver facilement des personnes souhaitant lutter de la même manière que vous sur la Zad du Carnet.

Fil info de la situation sur la Zad du Carnet depuis le 4 février

Nous vous invitons également à consulter la revue de presse sur notre site Internet qui recense les nombreux articles de presse parlant d’une expulsion prochaine de la Zad du Carnet.

26 – 27 – 28 février : Quelques véhicules de gendarmerie à proximité de la ZAD et survol par l’hélicoptère le dimanche.

25 février : Présence ponctuelle de véhicules de gendarmerie autour de la zone. Les maires du coin sont allés manifester devant la préfecture qui n’a pas souhaité les recevoir. Le Carna’ZAD du 6 mars s’organise sur zone!

24 février : Pas de survol de l’hélicoptère, mais présence ponctuelle de véhicules de gendarmerie autour de la zone. Le préfet s’est prononcé pour la première fois sur l’évacuation de la ZAD, sans plus de précisions sur le délai dans lequel elle interviendra, nous restons vigilant·e·s.

23 février 15h00 : Retour du survol de l’hélicoptère pendant une quinzaine de minutes (et d’un couple de cigognes) – passage d’une voiture de gendarmes banalisée.

22 février : Quelques contrôles d’identité et présence ponctuelle de gendarmes autour de la zone et à Paimboeuf (toujours au niveau du rond-point de Super U), pas de survol par l’hélicoptère. On reste vigilant, mais la vie reprend son cours sur zone.

20 – 21 février : Pas de survol par l’hélicoptère ce week-end. Présence ponctuelle d’une voiture de gendarmes au bout de la route D177 et quelques autres se posent quelques dizaines de minutes aux abords de la ZAD avec quelques contrôles d’identité (notamment au niveau du rond-point de Super U).

19 février
11h30 : Survol de la Zad par l’hélicoptère de la gendarmerie pendant une vingtaine de minutes.

18 février
10h : réveil calme à la Zad du Carnet
11h : Survol de la Zad par l’hélicoptère de la gendarmerie pendant une quinzaine de minutes.

17 février : Des rumeurs ont circulé ce soir sur Twitter comme quoi il y aurait des gendarmes dans les hôtels proches de la Zad du Carnet. Nous avons eu confirmation que ces rumeurs étaient fausses. Il n’y a pas donc pas de raisons d’augmenter actuellement le niveau d’alerte expulsion de la Zad du Carnet.
Il y a eu une altercation avec un automobiliste agressif et provocateur devant la Zad du Carnet.

16 février : A 16h00, un huissier accompagné de 40 gendarmes mobiles est venu déposer une ordonnance d’expulsion de la route départementale et la lire à haute voix à l’entrée principale de la Zad. Après 20 minutes, les gendarmes et l’huissier sont repartis.
Pour comprendre les histoires d’ordonnances d’expulsion multiples, vous pouvez lire cet article. Globalement, depuis le 10 février les terrains appartenant au Grand Port Maritime de Nantes Saint-Nazaire sont expulsables et depuis aujourd’hui 16 février l’ensemble de la ZAD (terrains appartenant au Grand Port + D177) sont expulsables.

15 février : un hélicoptère de la gendarmerie a survolé longuement pour la première fois depuis plus d’une semaine la Zad du Carnet. De nombreux contrôles routiers sont déployés dans les environs de la Zad du Carnet.

11 février : lors d’une visite à Nantes, interrogé par la députée Valérie Oppelt, Macron “a demandé la fermeté, c’est à dire une évacuation”.

10 février : un huissier de justice est venu aux deux points d’accès de la zad pour lire une ordonnance du tribunal judiciaire de Saint Nazaire indiquant que nous sommes, dès maintenant, expulsables des terrains appartenant ou gérés par le Grand Port (ordonnance datée du 5 février).

9 février : des informations nous parviennent nous indiquant que les risques d’expulsion de la ZAD du Carnet sont importants

4 février : devant la juge des référés du tribunal administratif de Nantes que les maires de Frossay et de Saint-Viaud ont demandé à l’Etat d’agir pour expluser la ZAD.
La juge des référés du tribunal administratif de Nantes doit rendre son ordonnance sous 10 jours.